RMC Sport

Stade Rennais: le nouveau président Holveck précise son projet

Invité de l'After Foot RMC, Nicolas Holveck a expliqué les raisons qui l'ont amené à prendre la présidence exécutive du Stade Rennais. L'ancien dirigeant de l'AS Monaco assure que le projet breton se porte autour du football et qu'il ne sera pas question de faire du "trading" de joueurs.

"On parle football". Au lendemain de sa nomination au poste de président exécutif du Stade Rennais, quelques jours après avoir quitté ses fonctions de directeur général adjoint de l'AS Monaco, Nicolas Holveck s'est confié dans l'After de RMC sur ce qui l'a poussé à accepter ce nouveau challenge. "Ce que cherchent les actionnaires, c’est de la compétence, des professionnels de l'activité. Je pense avoir aujourd'hui une certaine expérience et légitimité", confie l'homme de 48 ans, dont la carrière a débuté comme stagiaire à l'AS Nancy-Lorraine.

"Ça va être à moi de m'adapter, de m'imprégner de la culture locale. Si j'ai rejoint Rennes, aussi, c'est parce que j'ai senti un message autour du football dans le discours des actionnaires, de la famille Pinault. Il y a peu de projets en France qui tournent autour du football", a ajouté le nouveau président, assurant qu'il ne serait pas question de dupliquer le modèle économique adopté à Lille ou Monaco.

"Ils m'ont dit qu'on n'est pas là pour faire du trading. On veut vibrer avec l'équipe, ambitieuse, dans le cadre rennais, avec l'académie dans le coeur du projet. Mais il faut aussi des joueurs expérimentés autour", souligne le dirigeant, qui résume ainsi son rapport à sa hiérarchie: "J'ai les clés du camion, mais ce n'est pas mon camion. Je dois le rendre dans le meilleur état possible".

Il va appeler son prédécesseur

Nicolas Holveck compte bien s'appuyer sur le "travail remarquable" effectué par Olivier Létang, débarqué au début du mois de février à la surprise générale alors que le club pointe à la troisième place. "Je n'ai pas encore eu le temps de l'appeler. Olivier, c'est un ami. On se connaît depuis le début des années 2000. Il sait comment je travaille, je sans comment il travaille. Je vais l'appeler pas plus tard que ce week-end, pour qu'on discute tous les deux", ajoute le diplômé en sciences économiques et management du sport, qui travaille pour le moment depuis La Turbie en raison du confinement imposé face à la pandémie de coronavirus.

Il n'a donc pas encore pu saluer les joueurs, mais a pu s'entretenir avec Julien Stéphan. "Je connais un petit peu le coach, pour l'avoir rencontré dernièrement", assure Nicolas Holveck, qui compte s'appuyer sur un nouveau directeur sportif, tout en assurant ne pas avoir décidé de conserver certains responsables actuels comme Sylvain Armand.

Julien Absalon