RMC Sport

Riolo: Bordeaux et "l’effet Poyet"

-

- - -

Retour sur la J23 de Ligue 1.

A Bordeaux on attendait l’effet Poyet. Et face à un OL en pleine forme, il fallait un gros "effet". Et on l’a vu! Ca a ressemblé à ce qu’on appelle le "choc psy". Une équipe gonflée à bloc qui affiche une détermination sans faille. Dans ces cas-là, c’est toujours pareil et la question est: combien de temps ça va durer?

Je pourrais parler du trio offensif qui a été bon (notons que quand Laborde est en 9, Bordeaux est mieux) mais je vais juste citer Lerager. Depuis le début de la saison, un flop. Et là, très présent dans la bagarre du milieu. Les Girondins ont donc chopé les Lyonnais à la gorge et n’ont pas lâché. Ah, j’oubliais, la simulation de Malcom... C’est pas beau. Pas fair-play. Mais comme d’habitude, je répète que c’est l’aspect sombre du foot. Un foot que j’envisage toujours de façon ample avec toutes les aspérités humaines.

En face, l’OL a subi l’agressivité sans réellement donner l’impression de pouvoir revenir. A 1-2 peut-être, mais comme Lopes est allé offrir un péno cadeau à la 45e, ça a flingué l’éventuel retour. Mangé au milieu, Lyon a souffert. J’insiste, mais j’avais pas trouvé Fekir dingue contre le PSG. Et dans ce match, je l’ai trouvé également moyen. Curieusement, Genesio semble vouloir se passer de ses recrues. Memphis est un joker à 17 millions? Traoré? Pas assez en forme? Globalement, ça a été un retour sur terre difficile après l’exploit contre le PSG.

>> Bordeaux-OL: Poyet frappe un grand coup pour sa première sur le banc

Le PSG, un monde d'écart

Une semaine après sa défaite au Parc OL, Paris recevait le MHSC. Comme toujours au Parc, le PSG ne laisse rien passer et s’impose facilement. Même Montpellier, réputé pour sa défense et ses bons résultats face aux gros, a dérouillé. Logique. Je sais que beaucoup de suiveurs du PSG aimeraient qu’on parle plus du jeu de l’équipe. Certes. Mais comment? C’est pas le 4-3-3 ou autre schéma qui explique le succès. C’est pas tel joueur ou tel joueur à telle place qui fait la différence. L’ensemble collectif est bien trop supérieur. Techniquement, il y a un monde d’écart entre les joueurs parisiens et la grande majorité du reste de la L1. Franchement, c’est pas faire offense au MHSC que de dire qu’ils ne font quasi pas le même sport. C’est violent j’en conviens, mais Montpellier en était réduit à disputer des duels, et à courir après le ballon.

Alors, on bascule vers l’analyse des individualités. Cavani a battu le record et est entré dans l’histoire. Neymar a pris des coups et n’a pas souvent fait ce qu’il fallait pour les éviter. Tout le monde a été bon. Di Maria confirme qu’il commence sa saison en janvier. On aimerait voir Draxler, joueur très fin, plus rude dans le combat. Et puis comme d’habitude, le bel ensemble souffre d’une tache. En bas à gauche. Elle est là, elle s’accroche. Tenace. Ça me rappelle les vieilles publicités pour les lessives avec la tache au milieu du nœud. Mais stop. Pas d’acharnement. Après le match, on a eu une mise au point comm’ du PSG. Ça a eu le mérite d’être clair. Mais bon, pas sûr que ça calme les affabulateurs. Les fables se vendent bien.

>> Retour gagnant pour Neymar, la révélation Sambia… les notes de PSG-Montpellier

La surprise nantaise

3-0 à Guingamp, la victoire de Nantes est une surprise. Enfin, en tout cas j’ai été surpris. Sur les cinq matches en 2018, Nantes n’en avait gagné qu’un en 32e de Coupe à Senlis. Essoufflement, dynamique cassée, la thèse était prête. Rien de tout cela finalement, et c’est aussi la preuve que le club n’est pas tant que ça en surchauffe. Les choses sont maîtrisées. A Guingamp, Nantes a livré un gros match. Je parle souvent de Dubois et Rongier, mais Thomasson mériterait d’être cité plus souvent. Collectivement, c’est vraiment pas mal. C’est une vraie équipe, tactiquement bien huilée.

Et au moment où on voyait Nice revenir, on a vu Nantes gagner et les Aiglons perdre à Metz. Avec Caen et Lille comme prochains adversaires, puis Amiens, Nantes a de quoi assumer son ambition. Juste avant Amiens, Nantes ira à Nice. Et pour sortir les Canaris du top 5, Nice ne va plus pouvoir se permettre de trainer en route.

>> Guingamp-Nantes: Waldemar Kita se vexe et s'invite en tribune de presse

Vidéo - Sifflets, rumeurs de transfert, Ronaldo… Neymar se confie après PSG-Montpellier

Daniel Riolo