RMC Sport

Riolo : "L’indécence de Laurent Blanc !"

-

- - -

Laurent Blanc n’est plus et n’a jamais été l’homme de la situation au PSG.

Le PSG s’est donc encore promené contre Rennes. Face à des plots venus de Bretagne, Paris en a mis quatre vendredi. Dans la semaine, certains joueurs étaient allés faire la fête à Vegas, mais on n’a décelé aucune fatigue apparente. Même en marchant, ça passerait. En supprimant l’entraînement ? Ce sera peut-être le prochain défi, pourquoi pas ?

Avant et après, on a entendu l’accompagnateur de l’équipe, Laurent Blanc, « chouiner » en conférence de presse. En ce moment, il ne va pas bien. Il est en colère, se plaint sans cesse. Il a ajouté ça à son bagage habituel. On le savait hautain, prétentieux, méprisant, on le découvre coléreux, bougon. L’objet de sa chouine, c’est l’ingratitude des observateurs. On banalise tout, on ne se rend pas compte de la magnificence de ce PSG ! On ne voit que la Ligue des champions paraît-il ! On ne pense qu’à ça et le reste ne compte pas. Pauvre Blanc !

Mais il ne fallait pas venir au PSG si la Ligue des champions n’était pas une priorité. Qu’il aille se plaindre auprès de ses dirigeants qui ne sont à Paris que pour ça ! Qu’il réduise son salaire si c’est juste le niveau national qui l’intéresse. Ainsi monsieur Blanc, on doit se prosterner devant ce PSG qui rafle tout et aligne les records, c’est ça ?

Arrivé au club en 2013, Blanc a toujours été extrêmement protégé dans les médias. Les journalistes et consultants amis ont bien travaillé. La famille du foot a fait son œuvre. On traite avec délicatesse un « France 98 ». Et puis, n’oublions jamais une chose essentielle, celui qui était en 2013 un choix par défaut évolue dans un PSG dirigé par des « gens louches » et plein de fric. Pour la France du foot, les tares du PSG sont énormes. L’image du PSG, déjà bien pâle, ne s’est pas améliorée. Alors Blanc sert de paravent. Cette France du foot qui honnit tous les entraîneurs étrangers qui osent venir en L1, adore Blanc !

En termes d’image, il faudra dire un jour au président du PSG que de s’afficher sans arrêt à côté de l’ex-président Sarkozy, il y a mieux ! Le conseiller occulte, le grand protecteur de Blanc. Il faut un esprit « France » au PSG. Celui-là même qui recevait en grande pompe Lance Armstrong… Aimer le sport c’est bien. Le comprendre, c’est autre chose. Blanc est presque devenu « invirable ». Il faut soigner son intégration, séduire, plaire. Blanc sert à ça.

Mais soyons concret et revenons à Blanc. Depuis sa signature en 2013, il a vu signer au club : Cavani pour 64 millions, Marquinhos pour 31 millions, Cabaye pour 23 millions, David Luiz pour 50 millions et Di Maria pour 63 millions. Total = 208 millions. Je n’ai pas ajouté Trapp, Aurier, Stambouli, ça aurait fait raclo ! Durant cette période, le PSG a même trouvé le moyen de pleurer sur ce terrible fair-play financier qui a gêné la progression du club ! Parfois, il vaut mieux être sourd que t’entendre des choses aussi horribles ! Dans le foot, le « foutage de gueule » ne souffre d’aucune limite.

208 millions en recrutement, un budget de quasi 500 millions et on ne pense qu’à la Ligue des champions, compétition dans laquelle le PSG s’est planté lamentablement ! Mon dieu comme on est ingrat ! Mais quelle est donc cette haine qui anime les anti-Blanc ? 208 millions de recrutement et on ne tombe pas à genoux devant le travail de Blanc ? Les records, les titres à la pelle ! Mais on est donc aveugle ?

Avec tout ça, le PSG écrase tout dans un championnat qui n’a jamais été aussi mauvais. Là aussi je dois prouver ? Le nombre de points en L1, les résultats européens ne suffisent pas ? Allez je me dois d’être concret. Un exemple. Sur les 12 dernières années, voici la liste non exhaustive des clubs qui sont allés en demi-finales ou en finale de la Ligue Europa : Sporting, CSK Moscou, Middlesbrough, Espanyol Barcelone, Rangers, Fulham, Dniepro, Braga, Werder, Bâle, Fenerbahce, Hambourg, Osasuna, AZ Alkmaar. Aucun club français n’est arrivé à se glisser parmi ces « monstres ». Notre championnat recule année après année et c’est dans ce contexte minable que le PSG rafle tout !

Concret encore. Avec Blanc, que sont devenus des joueurs comme Cavani ? On le dit bidon, mais la Juve et l’Atlético le veulent. Pastore ? Lucas ? Lavezzi ? Progression, bonne utilisation ? Non, évidemment. Et parce ce que je sais être délicat, je vais faire l’économie du cas Aurier. Et le jeu dans tout ça ? Le 4-3-3, le jeu façon Barça. De la poudre aux yeux. Le PSG ne fait face à personne en L1. Mis sous pression, l’édifice se délite. Une seule idée, un seul plan, aucune innovation, (ah si pardon, un 3-5-2 essayé une fois) et une gestion d’effectif calamiteuse. En off, Blanc a un jour confié que Marquinhos ne serait jamais un « top joueur » car il est trop petit. A part rire, on fait quoi ?

Un jour, lors de l’une de ses inaudibles conférences de presse, Blanc avait demandé à ce qu’on « remette le contexte à sa place ». Voilà, c’est fait. La réalité le rattrape. Elle rattrape toujours, tout le monde. Le temps remet toujours les choses à leur vraie place. Celle du pire coach de l’histoire du PSG. Si on met de côté ceux qui n’ont fait que de brefs passages, oui j’insiste et le répète, il l’est !

Daniel Riolo Journaliste