RMC Sport

Riolo : "L’OM, c’est pas gagné !"

-

- - -

Retour sur la défaite de l’OM à Guingamp (0-2) vendredi soir en ouverture de la 4e journée de Ligue 1…

Trois points après quatre matches, juste avant la mini-trêve, le début de saison de l’OM est donc raté. Mais comment imaginer qu’il en soit autrement après un été aussi perturbé, trois coachs différents sur le banc, un mercato pas encore terminé, une équipe complètement chamboulée ?

Le 6-0 face à Troyes était évidemment trop gros pour être vrai. Un leurre pour les gogos qui ont ainsi pu parler de l’effet Michel, de sa veste et autres âneries entendues toute la semaine.

Quand le mercato sera terminé, quand Michel aura son groupe, son équipe, alors l’OM pourra débuter sa saison. Il faut juste espérer, en attendant, que les autres ne prennent pas trop d’avance. Devant sa télé, Labrune et sa bande vont croiser les doigts pour voir l’OL ne pas gagner à Caen et Monaco s’incliner devant le PSG.

A Guingamp, ce qui a le plus frappé, c’est l’absence de collectif. On a vu des individualités, des joueurs essayant de faire des différences en mode solo. Les intentions sont bonnes dans le sens où on sent bien que Marseille sera une équipe offensive, mais il va falloir trouver comment approcher du but adverse, comment marquer.

Si Batshuayi doit dribbler trois mecs pour marquer, ça va être compliqué. Autour de lui, c’était très confus. Cabella ne trouve pas sa place, il rentre trop souvent et Michel va devoir peut-être trancher : Cabella ou Barrada.

A droite, celui qui ne comprenait pourquoi il ne jouait pas sous Bielsa a été catastrophique. Alessandrini et son fameux pied gauche qui ne sert à rien. Même les coups de pied arrêtés, il les tire mal ! Je ne comprends rien à ce qu’il fait ou essaye de faire sur le terrain. Il attend que la lumière jaillisse de son pied gauche. Le problème, c’est qu’il est trop souvent enfermé à la cave, loin de l’interrupteur, son pied gauche !

Clairement, Michel a beaucoup de travail. Qui avec Diarra ? Comment animer l’attaque ? C’est tout le jeu collectif qu’il faut mettre en place et c’est finalement absolument normal de faire un tel début de saison. Le foot, c’est pas une addition de joueurs qu’on met en place à la dernière minute !

Il faut également souligner la performance de Guingamp. Car si le match fut aussi agréable à suivre, c’est aussi grâce à l’EAG. Gourvennec a aligné un original 4-4-2, avec deux pointes, ce qui est de plus en plus rare. Le poids de ce duo d’attaquants a été constant sur la défense de l’OM. Même à zéro point et avec une belle pression, Gourvennec n’a pas flippé en cédant à la tentation de l’attentisme, de la trouille.

Ce matin, Guingamp respire mieux. A Marseille, la pression est toujours là. Michel a maintenant deux semaines pour mettre une équipe en place. Deux matches à domicile sont au programme, Bastia, puis l’OL. Chaud ? A Marseille, c’est toujours chaud.

Daniel Riolo