RMC Sport

Riolo : "La fête à Lyon"

-

- - -

Retour sur la 37e journée de Ligue 1.

L’OL avait rêvé de ce dernier match couperet face à Monaco, mais jamais il n’avait envisagé un tel dénouement (6-1). On pensait voir un match tactique, une opposition de style, du suspense, et on a vu une raclée. Le plan de Monaco était, semble-t-il, l’explosion, le sabordage. Dix minutes de plus et les Monégasques terminaient culs nus Place Bellecour. Depuis des semaines, Jardim est usé. Il est tombé dans la parano. Vous avez remarqué que les entraîneurs qui deviennent agressifs en conférence de presse, qui perdent pied devant un micro, finissent tous pareils ?

Trahis par ses cadres, Jardim a, en plus, continué dans ses choix curieux. Comment peut-on faire jouer au foot Lacina Traoré ? A côté de lui, Diabaté, c’est Pelé ! Il faut aussi dire que l’explosion de l’ASM a été bien aidée par l’excellent début de match des Lyonnais. Eux étaient là pour jouer, attaquer. Ces dernières semaines, la dynamique était en leur faveur, ça s’est vite confirmé.

Deuxième, comme l’année dernière, l’OL va claironner que sa saison est réussie. Deuxième loin derrière l’ogre parisien, c’est bien. Le nouveau stade va voir la Ligue des champions. Au milieu des cotillons et des verres de champagne sales, les Lyonnais observeront, peut-être, que sur les dix dernières années (la pire décennie de notre foot), une seule fois un dauphin a eu aussi peu de points : l’OM en 2007. On sera lucide plus tard, peut-être. L’été, le mercato, on verra ça plus tard. Pour l’instant, tenons-nous en au simple constat que pour le foot français, on sait tous qu’il vaut mieux voir l’OL que l’ASM en C1.

C’était donc une sale soirée pour les épiciers du jeu, et donc une bonne pour les Lyonnais qui ont, en plus, vu Saint-Etienne perdre sa quatrième place. A Nice, je ne sais pas bien quel genre de calculs était venu chercher les Verts. Rester quatrième, à force de 0-0 ? C’était ça l’idée ? Ils peuvent continuer. Mais pour la cinquième place désormais. Un 0-0 devant Lille et ça fera « la rue Michel ». Nice qui bat Sainté, c’est comme l’OL devant L’ASM, si on préfère le jeu… C’est mieux.

Sinon, dans le bas, le TFC devrait maintenant s’en sortir. L’effet Dupraz a donc fonctionné. Il est fait pour ces missions, le bas de classement, la castagne. Les bonnes vieilles recettes de campagne. Dupraz, c’est la L1, la France du foot. Une sorte de bon saucisson. Il aurait pu jouer dans la dernière pub « Cochonou ». Et puis sa conférence de presse d’après-match, son amour d’Evian, c’était tellement savoureux.

Le classement est donc quasi bouclé maintenant. Il va bientôt être l’heure des questions. L’OL, avec qui, pour quoi faire ? L’OM ? Bordeaux ? Nice en Europa League, avec qui ? Rennes avec Gourcuff… Cette année, même le PSG va se poser un tas de questions. La Ligue 1, c’est même pas de la politique sportive à court terme, c’est de l’instantanée. Parfois je me dis que si on faisait la direction des clubs par le biais de référendum popu via Twitter, ça ne serait pas plus mal. C’est dire la catastrophe !

Daniel Riolo Journaliste