RMC Sport

Riolo : "Nice avance toujours"

Retour sur les faits marquants de la 31e journée de Ligue 1…

L’équipe en forme vient défier celle qui l’a été pendant longtemps. Et Nice pouvait profiter du faux pas de l'OL pour creuser encore l’écart. Un OL en sandwich puisque si Bordeaux gagnait, ça pouvait avoir une vraie incidence au classement derrière !

Toujours dans sa belle saison, Nice n’attire pourtant pas grand monde au stade. C’est tellement décevant.

Et si les Aiglons donnent l’impression de bien débuter, c’est Bordeaux qui brille vite. Laborde fait beaucoup moins de bruit qu’un paquet de joueurs survendus, mais il est assurément l’une des belles révélations de l’année. Son but plein de classe le confirme !

Mais pourquoi la sensation que Nice n’est plus ce qu’il était perdure ? C’est faux ! Dans cette première période, Nice domine et le jeu de passes, le bloc haut, le pressing, tout ce qu’on voyait avant, est toujours là. Ça joue bien, Nice ! D’abord, les Aiglons égalisent vite. Et puis, à force de pousser, de maîtriser, ils passent devant grâce à un super but d’Eysseric !

Gros rythme, bon match, ce Nice-Bordeaux fait du bien à notre L1…

Pas satisfait de subir autant et de ne jouer que les contres, Bordeaux entame la seconde période plus haut sur le terrain. Les Girondins font ce qu’il faut pour revenir, mais pas Kamano qui rate beaucoup trop d’opportunités !

Gourvennec change sa ligne d’attaque. Menez et Rolan entrent. Toute cette seconde période, Bordeaux est tout proche du 2-2. Nice est sur un fil, comme dans plusieurs matchs remportés difficilement cette année.

La maladresse de Bordeaux est rédhibitoire. Nice fait une seconde période minimaliste mais ça tient. Mine de rien, cette victoire assure, sauf énorme catastrophe, le podium aux Niçois.

A Rennes, l’OL a livré une piètre prestation. 1-1 quand vous avez joué quasi tout le match à 11 contre 10, c’est fâcheux. Genesio avait fait des choix. Memphis sur le banc ? Etonnant. Un joueur cher sur le banc, c’est toujours sujet à questions. Fekir aussi était remplaçant, mais ça pourrait devenir une habitude. Il ne peut pas jouer en 4-3-3, il ne s’implique pas assez, on est bien loin du joueur surnommé le « Messi du Rhône ». Bien loin du barnum autour de son choix de sélection, bien loin de l’énième pépite de notre foot devant laquelle il fallait trop vite se pâmer.

A 11 contre 10 donc. Dès la 5e minute et après un penalty raté. C’est à se demander si le podium intéresse encore quelqu’un au club. A ce rythme, c’est la 4e qui va vaciller. A force de parler de la saison prochaine, des ventes qui vont remplir les caisses, on a peut-être oublié au club qu’il fallait finir cette saison.

Et puis pour débuter ce week-end, on a vu le match nul de l’OM devant Dijon. Tout le monde était en colère au Vélodrome. C’est curieux, mais c’est une attitude qui commence à devenir banale chez Garcia, non ? Son équipe joue mal et lui arrive et s’énerve. Et sinon ? Rien, il s’énerve. Payet tire très bien les coups francs, on savait, et autour de ça, c’est bien pauvre. Evra est bien venu pour jouer les RP du club. Le milieu de terrain patine. On a évidemment bien trop vendu et mis de pression sur le pauvre Maxime Lopez. Et donc Garcia s’énerve. Mais plutôt que de venir faire le dur en conférence de presse, de taper sur ses joueurs, il devrait tenter de faire progresser son équipe, non ?

A voir aussi >> OM-Dijon: Garcia a très sèchement recadré ses joueurs (et a annulé leur jour de repos)

Daniel Riolo