RMC Sport

Riolo : « Ntep and co : retour sur le goût entretenu pour ‘‘l’enflammade’’ »

Daniel Riolo

Daniel Riolo - @ AFP

Performant avec Rennes, Paul-Georges Ntep est à la mode. Daniel Riolo revient sur la tendance à « l’enflammade » qui touche le Rennais comme d’autres joueurs avant lui.

« Les réseaux sociaux imposent les thèmes d’actu. De plus en plus. Une traînée de poudre émotionnelle. Pire, une pollution émotionnelle. Il faut répondre, avoir un avis. Ne pas participer à une célébration collective est louche. On n’est pas loin de la faute. Ne pas exprimer d’opinion, c’est être dans l’opposition. Avec nous ou contre nous. Et quand la base, les réseaux sociaux, s’enflamme sur un joueur, il faut suivre sous peine d’être dans le mauvais camp.

Le Veau d’Or du moment, celui devant qui il faut se prosterner, s’appelle Paul-Georges Ntep. Et comme ça ne coûte rien de participer à la messe globale, nos consultants viennent brûler un cierge. Au Canal Football Club, Pierre Menès fustige ceux qui le trouvent « bof ». On relève au passage la force de l’argument. C’est flou « bof », non ? Bref, on a compris, il vaut mieux aller dans le sens du vent. Flatter le peuple, ça rapporte toujours. Et encore une fois, ça ne coûte rien. Sur RMC, Jean-Michel Larqué se demande pourquoi on appelle trop vite les jeunes en EDF, mais puisque c’est le cas, alors il faut vite convoquer Ntep ! Tout et son contraire. Peu importe, le peuple supporter est content. Après tout, est-ce qu’on a mis en prison l’illuminé qui un jour avait décidé que Marvin Martin serait le futur Zidane ? Après tout, les débats autour de Ben Arfa étaient bien plus passionnés encore. Et tous ceux qui voyaient en lui un Ballon d’Or, un patron des Bleus, un champion du monde, ne ratent peut-être pas une miette des matches de Hull City aujourd’hui.

La liste des talents français, des joueurs à potentiel, des génies qui n’ont pas tenu leurs promesses, est longue. Un gâchis ? Qu’on ne s’y trompe pas, le phénomène n’est pas que français. C’est l’histoire du sport. Partout, tout le temps.

Reste à savoir quel est le rôle des leaders d’opinions sur cette question. Que les supporters s’enflamment, pourquoi pas. Mais que les journalistes et consultants participent au cirque, c’est plus discutable.

Notre devoir n’est-il pas de mettre un joueur, ses performances, en perspective ? Sans tomber dans l’obsession du relativisme, peut-on juste se souvenir de M’Vila, Martin, Menez, Kakuta… De ce qu’ils sont et de ce qu’ils devaient être ? Peut-on rappeler le coût du transfert de Kondogbia, de Digne ? Doit-on remonter au duo le Tallec/Sinama-Pongolle, à Péricard, Aliadière, Faty… On brille un moment et tout brûle autour de soi. Une poignée de buts, une bonne série de matches suffisent. Les réseaux sociaux rajoutent du bois, les médias soufflent sur les braises. Il y a presque pire. Quand un président compare un de ces jeunes talents à un joueur de la trempe de Messi !

On fait de la com’, on fait monter son prix ? Quel est le but ? Franchement, je préfère rester dans la mesure, quitte à passer pour un pisse-froid.

La mode est à la vente, la promotion du produit. Communication et commerce sont mariés depuis longtemps. L’ordinaire devient extraordinaire. Les chiffres sont mis en avant. On n’ose à peine les discuter. Jordan Ayew est parti à Lorient. Et vous ne savez pas quoi ? Un truc de dingue : Ayew est impliqué dans 5 buts de son équipe lors des 6 dernières journées ! C’est écrit en gros dans le journal ! C’est un exploit ! Il tient sa revanche sur son échec à l’OM ! Il se permet même de dire qu’autour de lui, il n’y a que des bidons !

Ayew est, pour Lorient, un gros transfert, un gros salaire. Il est attaquant et qu’il soit impliqué dans les buts de son équipe est juste NORMAL ! Et encore, je suis bienveillant car ce qui aurait été normal, c’est qu’il marque les buts de son équipe !

Etre impliqué sur un but, c’est le nouvel exploit de notre foot. C’est comme la passe décisive, fourre-tout qui sert à valoriser tout et n’importe quoi.

Ntep est un joueur qui va très vite. A Rennes, il est en ce moment essentiel. Il fait la différence. Cet été, ça a été un gros transfert à Rennes. Un gros transfert pour la L1, même. Un jour, j’ai remis en cause son intelligence de jeu. C’est à peu près la seule critique que j’ai formulée à son égard. Mes autres réserves étaient liées à son attitude.

Voir un joueur faire une saison complète, voir sa gestion de carrière, voir son évolution, ça me semble essentiel avant de participer au feu sacré. Peu m’importe comment cela sera interprété. En attendant, je vais relire l’interview accordée par Henry à l’Equipe Mag. Un modèle. Un champion, un vrai. Le talent, le potentiel, il avait tout. Aujourd’hui, il parle avant tout de travail, de perfection à trouver, de choix, de détails, de réflexion, de son amour obsessionnel du jeu… Une vraie interview de salut public pour notre foot et ceux qui en parlent… »

Daniel Riolo