RMC Sport

Saint-Etienne a-t-il enfin trouvé son n°9 avec Loïs Diony?

Loïs Diony

Loïs Diony - AFP

Saint-Etienne a beaucoup investi pour débaucher Loïs Diony (8 M€ + 2 M€ de bonus). L'ex-attaquant dijonnais tentera de réussir à un poste où les déceptions se sont accumulées ces dernières saisons.

Saint-Etienne a-t-il enfin trouvé le bon ? En annonçant la signature pour quatre ans de Loïs Diony ce vendredi, les dirigeants stéphanois espèrent avoir offert à l'entraîneur espagnol Oscar Garcia l'attaquant qui leur manque tant depuis plusieurs saisons. Très courtisé, le puissant Martiniquais débarque de Dijon contre une indemnité estimée à 8 millions d'euros (+ 2 M€ de bonus), qui fait de lui le joueur le plus cher de l'histoire du club.

A lire aussi >> Saint-Etienne s’insurge contre les allégations de la presse sur les conditions de travail d'Oscar Garcia

La dure succession d'Aubameyang

Depuis le départ de Pierre-Emerick Aubameyang pour le Borussia Dortmund à l'été 2013, aucun avant-centre n'a réussi à s'imposer sur le front de l'attaque stéphanoise. Et pourtant, ils sont nombreux à s'être succédé : Brandao, Mevlut Erding, Ricky van Wolfswinkel, Nolan Roux, Robert Beric ou encore Alexander Soderlund.

L'inefficacité chronique des attaquants verts

Si Mevlut Erding avait inscrit 12 buts en L1 lorsqu'il avait pris la suite du Gabonais, jamais un véritable attaquant n'a dépassé la barre des 10 buts sur les trois saisons suivantes. Lors du dernier exercice, c'est l'attaquant slovène Robert Beric qui a terminé avec le meilleur total en Ligue 1 (6 buts). Les statistiques s'avèrent encore plus pénibles pour les supporters des Verts lorsque l'on s'aperçoit que leurs trois joueurs qui ont évolué en n°9, à savoir Roux, Soderlund et donc Beric, ont totalisé 11 buts. Autant que le seul Loïs Diony avec Dijon. 

Faire mieux que Roux, Soderlund et Beric

Les dirigeants stéphanois espèrent que Loïs Diony va réussir là où les autres ont échoué. Arrivé lors de l'été 2015, l'ancien Lillois Nolan Roux s'est montré trop léger. Tout le comme le massif Norvégien Alexander Soderlund, débarqué de Rosenborg six mois plus tard et qui a vite montré ses limites. Finalement, seul l'international slovène Robert Beric aura séduit par son efficacité et sa capacité à participer au jeu. Mais les blessures, qui ne l'ont pas épargné depuis deux ans, n'ont jamais permis aux Verts de s'appuyer sur lui durablement.

Révélé sur le tard

Passé par les centres de formation de Bordeaux et Nantes, Loïs Diony était convoité par de nombreux clubs de Ligue 1 mais aussi de Premier League. Aujourd'hui âgé de 24 ans, le Martiniquais sort de quatre saisons à Dijon. Auteur de 11 buts en Ligue 2 en 2015-2016, Loïs Diony n'a pas tardé à s'adapter pour sa première saison dans l'élite. Un exercice bouclé avec 11 réalisations en championnat (et une en Coupe de France), auxquelles il faut ajouter huit passes décisives. Le club désormais entraîné par Oscar Garcia compte sur son altruisme mais aussi sur ses qualités de percussion et son sens du but pour s'ancrer à la pointe de l'attaque stéphanoise. Et finalement commencer à faire oublier Aubameyang.

VIDEO >> Saint-Etienne : les dessous de la conception du nouveau maillot

ADS