RMC Sport

Saint-Etienne: comment Clément et Eysseric ont surmonté "l’accident"

Avant d’être réunis cet été à Saint-Etienne, Jérémy Clément et Valentin Eysseric étaient adversaires. En 2013, le second avait gravement blessé le premier avec Nice, l’adversaire des Verts dimanche soir (21h). Comment jouer ensemble après un tel traumatisme ? RMC Sport a interrogé les principaux acteurs dans le Forez.

Saint-Etienne - Nice, c’est ce dimanche soir en clôture de la 8e journée de Ligue 1. C’était aussi le 1er mars 2013... Triste soirée pour les Verts qui, en dépit de leur victoire 4-0, avaient perdu pour huit mois leur précieux milieu de terrain Jérémy Clément, victime d’une fracture ouverte tibia-péroné après un tacle mal maitrisé de Valentin Esseyric. Deux ans et demi plus tard, les deux hommes défieront les Aiglons avec le même maillot, celui des Verts.

Drôle d’idée que d’associer dans un même effectif une victime et son « bourreau ». Pourtant, dès les heures qui ont suivi l’accident, aucune rancœur n’a habité les deux protagonistes. « A l’hôpital, j’ai senti un garçon très peiné, vraiment gentil. Ce n’est pas un méchant », glisse Jérémy Clément. Ces échanges ont rassuré le staff stéphanois, qui a tout de même pris quelques précautions avant d’établir les contacts avec le milieu de terrain du Gym. « Je ne pouvais pas occulter ce qui s’était passé, concède Christophe Galtier. J’avais vu l’attitude, les déclarations de Valentin après l’accident. J’avais trouvé qu’il s’était bien comporté mais je voulais avoir le sentiment de Jérémy avant. Il m’a dit que c’était du passé, que c’était un accident. Je n’ai pas senti de barrière. » Christophe Galtier reçoit aussi l’accord de Loïc Perrin, qu’il considère comme « le porte-parole » du groupe.

Clément : « J’ai accueilli Valentin chaleureusement »

Tous les feux sont donc au verts pour que Valentin Eysseric rejoigne le Chaudron et Jérémy Clément. « Jérémy n’y voyait aucun inconvénient parce qu’il savait qu’il ne serait pas en concurrence avec lui », plaisante le technicien stéphanois. Difficile pourtant de faire comme si de rien n’était… « On y repense un peu, avoue Valentin Eysseric. On est tous les deux restés choqués. Aujourd’hui, on est obligés de laisser ça derrière nous. Je ne pense pas qu’il y ait de problème de son côté. »

Non seulement il n’y en a pas, mais il n’y en a jamais eu. « Il n’y a que le sport pour voir de belles histoires comme celle-là, affirme Jérémy Clément. Cela aurait pu m’arriver de faire mal à quelqu’un maladroitement. Ça fait partie de jeu. J’ai accueilli Valentin chaleureusement. J’espère qu’il a fait le deuil de cet épisode dans sa carrière. Il faut aller de l’avant. » Et unir ses forces pour battre Nice.

Aurélien Brossier avec Edward Jay