RMC Sport

Saint-Étienne: la belle histoire d’Étienne Green, qui a sauvé un penalty

Auteur d'un arrêt sur penalty lors de la victoire des Verts à Nîmes ce dimanche (2-0), le troisième gardien stéphanois Étienne Green a connu une journée parfaite, pour sa première titularisation en Ligue 1.

À la lecture même de son nom sur la feuille de match, les Nîmois ont dû se douter qu’ils avaient affaire, en la personne d’Étienne Green, à un joueur prédestiné à porter un jour le maillot stéphanois. Ce dont ils se doutaient moins, c’est que le jeune gardien, 20 ans, propulsé titulaire par les blessures de Jessy Moulin et Stefan Bajic, serait le fossoyeur de leurs espoirs, ce dimanche. Auteur d’un arrêt décisif sur penalty, à trois minutes du terme, Green a permis à Saint-Étienne d’assurer une victoire tranquille (2-0) et a embelli sa journée déjà extraordinaire.

Des débuts avec un maillot... vert

D’origine anglaise, prénommé Étienne en référence à sa ville d’adoption, Étienne Green a grandi dans la Loire, avant de faire ses débuts à l’ASSE en U10. Onze ans après, il a profité de circonstances favorables pour être propulsé en équipe première puis de débuter en Ligue 1… avec le maillot vert qui sied si bien à son nom. "Tu ne peux rien contre le destin. J’ai joué 386 matchs avec les verts et je n’ai pu porter que 4 fois le maillot vert. Il était statistiquement quasi impossible que, pour son premier match en pro, Étienne Green joue avec le maillot vert, et pourtant…", a tweeté Jérémie Janot, portier historique du club.

Janot et Green se connaissent, puisque le premier a un temps entraîné le second, lorsqu’il était encore coach des gardiens chez les Verts. Surtout, ils ont déjà foulé une pelouse de Ligue 1, lorsque le jeune Green avait eu l’honneur de partager une cérémonie d’avant-match avec son modèle. De ce jour, il reste une photo, que n’a pas manqué de relayer le club sur les réseaux sociaux. "C’est vraiment une fierté de faire mes débuts avec Saint-Étienne. Je suis au club depuis que j’ai 9 ans, ça fait un bout de chemin", a confié le novice après le match.

"On avait regardé à la vidéo..."

"Je vois pas pourquoi on parlerait de lui, il y a pas grand-chose à dire", plaisantait à son tour Claude Puel, son entraîneur en conférence de presse. "Il ne m'a pas surpris. Je le savais capable de faire un match comme ça. C'est un joueur que nous avons fait signer la saison dernière, mais qui avait énormément de manques, qui avait besoin de prendre confiance en lui et d'affirmer son caractère et sa personnalité. André Biancarelli, notre entraîneur des gardiens, l'a transformé. Il a été énorme aujourd'hui, avec ses qualités. Il s'en souviendra toute sa carrière."

Au micro de Canal +, Etienne Green est aussi revenu sur le penalty, point d'orgue d'un match complet. "Je suis un peu surpris qu’il y ait faute. Pour moi, je mets les mains sur le ballon, a-t-il raconté. On avait regardé à la vidéo, je savais qu’il ouvrait souvent le pied. J’ai choisi le côté gauche et je l’ai sorti." Héros du match, il a été fêté comme il se doit à son retour aux vestiaires, où ses coéquipiers ont chanté en son honneur avant de l’asperger d’eau. "Ça va être dur de dormir, mais c’est un plaisir", a-t-il sobrement conclu, sans retenir son sourire.

CP