RMC Sport

Seri tacle les dirigeants niçois, "ils n'ont pas tenu leurs promesses"

Jean Michaël Seri

Jean Michaël Seri - AFP

Dans un entretien accordé au Mundo Deportivo, Jean Michaël Seri est revenu sur l’échec de son transfert à Barcelone. Le milieu de terrain (26 ans) pointe le comportement des dirigeants niçois qu’il accuse de n’avoir pas respecté leurs promesses.

Absent du naufrage niçois à Amiens samedi (3-0), Jean Michaël Seri traine sa peine. Celle d’un rêve qui peine à se concrétiser. Annoncé très proche de Barcelone, les négociations entre Nice et le géant catalan ont échoué en début de semaine dernière. Le milieu ivoirien (26 ans) est revenu sur cet échec dans les colonnes du Mundo Deportivo. Seri pointe clairement la responsabilité des dirigeants des Aiglons, trop gourmands, qui n’auraient pas respecté leurs promesses.

A lire aussi >> Favre est inquiet, mais assure que l'absence de Seri "n'est pas une excuse"

"Ils ne me regardaient pas droit dans les yeux"

"Je suis très touché, confie ainsi Seri. Je me voyais jouer au Camp Nou. Je me sens très mal. Mon rêve d’aller au Barça a été brisé. C’est terrible. D’après ce que j’ai compris, mon départ de Nice n’a pas eu lieu pour des raisons financières. » Le joueur revient plus précisément sur les heures qui ont suivi l’échec des négociations. « J’étais étonné de voir que l’opération s’était effondrée pour de manière incompréhensible. Je suis allé dans les bureaux de Nice, pour voir les dirigeants et savoir ce qui s’était passé, raconte Seri. J’ai explosé ! Les murs ont tremblé. Les dirigeants ne m’ont rien dit. Ils ne me regardaient pas droit dans les yeux. Ils m’ont promis une chose, mais n’ont respecté leur parole et ont demandé plus d’argent."

Seri veut toutefois rester optimiste. "Je veux penser qu’il existe encore des options, espère le joueur. Que les deux clubs parlent à nouveau et trouvent un accord." Il confie avoir été approché pendant le mercato par la Roma, avoir discuté plusieurs fois avec Monchi. Le transfert ne s’est fait. Motif invoqué ? Raisons économiques.

A lire aussi >> les coulisses de la volte-face du Barça dans le dossier Seri

VIDEO. Le best-of de l’After foot du dimanche 27 août

S.R