RMC Sport

Toulouse: cinq choses à savoir sur le prodige Alban Lafont

Alban Lafont est devenu le week-end dernier le plus jeune gardien de l’histoire de la Ligue 1. Une ascension fulgurante pour le portier de Toulouse, 16 ans, né au Burkina Faso et arrivé dans la ville rose à l’été 2014. L'occasion de s'intéresser aux faits marquants ou tournants de la vie qui ont balisé son parcours atypique.

Un enfant du Burkina Faso

La famille d’Alban Lafont vit à Palavas-les-Flots, dans l’Hérault. Mais le petit phénomène du TFC a vu le jour à Ouagadogou, la capitale du Burkina Faso. Le 23 janvier 1999. Six mois après le sacre de l’équipe de France à la Coupe du monde 1998. Ce n’est qu’à l’âge de 9 ans qu’il a rejoint l’Hexagone pour s’installer dans le Languedoc-Roussillon.

Un record de précocité… sauf pour le TFC

Alban Lafont est entré dans l’histoire du football français samedi dernier face à Nice (2-0). A 16 ans et dix mois, il est devenu le plus jeune gardien de l’histoire de la Ligue 1, effaçant des tablettes Mickaël Landreau (17 ans et cinq mois avec Nantes en 1996) et Sébastien Frey (17 mois et six mois en 1997). En revanche, il n’est pas le plus jeune joueur du TFC à avoir disputé un match de première division. Le record appartient toujours à Michaël Debève, l’actuel entraîneur adjoint, qui a fait ses premiers pas en 1987 à l’âge de 16 ans et demi.

Une éclosion supersonique

Il y a trois jours, il n’avait même pas de fiche sur le site de la LFP. C’est dire que peu de monde s’attendait à voir Alban Lafont frapper à la porte du monde pro cette saison. Le jeune gardien a débarqué au centre de formation de Toulouse l’an passé, après un séjour au Pôle Espoirs de Castelmaurou (Haute-Garonne). Une saison U17, quelques matches en U19 et une apparition avec la réserve plus tard, l’ancien joueur de Lattes (Hérault) a débuté avec les pros le 12 novembre dernier lors d’un match amical face aux Espagnols d’Eibar (1-3). Avant le grand saut au Stadium.

Un élève de seconde

Le visage d’Alban Lafont est aujourd’hui sur tous les sites du sport du pays. Et il témoigne de sa jeunesse. Avec son dégradé travaillé, ses quelques boutons d’acné et sa tête d’adolescent, le métisse d’1,93m rappelle à tout le monde qu’il n’est encore qu’un gamin de 16 ans. Un élève de seconde même pour être exact. Son père réclame d’ailleurs de la patience autour de son fils aux mains d’or. « Il y a cinq ans, Alban jouait encore attaquant et marquait des buts, a-t-il rappelé dans le Midi Libre. Il y a un mois, il était aspirant au centre de formation du TFC... Aujourd'hui, il est pro (il a signé un contrat de trois ans le mois dernier, ndlr). Laissez-le tranquille ! »

Une panoplie déjà complète

Si Alban Lafont a été propulsé sur le devant de la scène, ce n’est pas non plus un hasard. Le gardien de l’équipe de France U17 affiche déjà des qualités au-dessus de la moyenne. « Il sait relancer. Il est capable de ne pas avoir d’occasions pendant un match et de sortir le bon arrêt quand il faut, témoigne son sélectionneur Bernard Diomède dans le Dauphiné Libéré. C’est un garçon équilibré qui dégage surtout une grande sérénité, une force tranquille. Il est sérieux, travailleur, compétiteur et assez introverti, mais sur un terrain, il est sûr de lui et il se lâche. A cet âge, c’est exceptionnel ! »

Malgré d’évidentes facilités, le diamant reste encore à polir. Evidemment. « Il va s’épaissir et s’étoffer à tous les niveaux car à son âge, on ne peut pas être un produit fini, confirme Dominique Arribagé, le coach du TFC. C’est le morphotype du goal que j’aime, avec une belle envergure et du coffre. Il est également assez explosif et armé d’un jeu au pied plutôt bon. Sa panoplie est déjà bien complète ».

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur