RMC Sport

Affaire Douchez: "Aucune blessure, aucune trace de sang concernant la plaignante" selon son avocate

Placé en garde à vue puis déféré devant le parquet pour "violences en état d'ivresse", Nicolas Douchez a été placé sous contrôle judiciaire. Le gardien lensois va porter plainte pour violation du secret de l'instruction et veut rétablir la vérité, a indiqué son avocate.

Nicolas Douchez se défend. Arrêté puis placé en garde à vue jeudi matin, le gardien lensois a été déféré devant le parquet et sera jugé le 2 février pour "violences en état d'ivresse" sur une jeune femme avec laquelle il avait passé la soirée.

La circonstance aggravante de violences commises par concubin n’a en revanche pas été retenue, en l’absence d’une communauté de vie entre l’auteur et la victime. Il s'agissait, selon son avocate, "d'une amie". Mais l'ancien joueur du PSG a, par l'intermédiaire de Me Caroline Toby, indiqué qu'il allait porter plainte pour violation du secret de l'instruction.

A lire aussi >> Nicolas Douchez, qui sera jugé pour violences en état d’ivresse, va déposer plainte

"Mon propos aujourd’hui est de rétablir la réalité des faits tels qu’ils se sont passés et non pas tels qu’ils ont été relayés dans la presse de façon totalement fausse, explique Caroline Toby, son avocate. Il y a eu une enquête, les parties ont été entendues, il y a eu des constatations matérielles, une confrontation. Les policiers ont constaté qu’il n’y avait eu aucune blessure, aucun hématome, aucune trace de sang concernant la plaignante. Il sera donc jugé pour violences sans ITT (Incapacité totale de travail, ndlr)."

La police n'a constaté "aucune blessure" sur la jeune femme

"Le déroulé de la soirée, c’est qu’il était avec une amie, qu’il y a eu une engueulade, qu’il y a eu des mots, peut-être forts, qui ont entrainé qu’un voisin probablement a dû appeler les services de police, poursuit Me Toby. Ensuite, il y a eu des auditions. Dès le départ, la plaignante n’a pas souhaité déposer plainte."

"Elle l’a confirmé lors de la confrontation ce matin, qu’elle ne souhaitait pas déposer plainte, qu’il n’y avait pas d’ITT, qu’elle ne voulait pas se rendre aux urgences médico-judiciaires parce qu’elle n’avait pas été frappée. C’est elle qui le dit, qu’elle n’avait pas reçu de coups. Les services de police ont constaté, ont fait un PV de mention, photos à l'appui, pour constater qu'il n'y avait aucun hématome, aucune blessure, rien de tout ce qui a été dit."

A lire aussi >> Affaire Douchez: grosse tension à Lens

"Pourquoi ces inventions si violentes et si fausses?"

La situation semble donc bien différente de celle d'abord évoquée. "Ça a été inventé et nous nous réservons le droit de saisir la justice pour savoir d'où ça vient, pourquoi ces inventions si violentes et si fausses, explique l'avocate. Monsieur Douchez est quand même assez meurtri parce que la violence des propos qui ont été tenus et qui sont faux, bien évidemment, il en a connaissance."

AA avec BFMTV