RMC Sport

Habib Diallo, la nouvelle star du FC Metz

Alors que Metz peut valider officiellement sa montée en Ligue 1 ce mardi soir, la formation grenat doit en partie son excellente saison à son buteur surprise, Habib Diallo. Remplaçant en début de saison, le Sénégalais a depuis trouvé le chemin des filets à 22 reprises. Et à 23 ans, il espère bien enfin être reconnu.

Il y a eu Diafra Sakho en 2013-2014, ou encore Yeni Ngbakoto en 2015-2016. A chaque fois que le FC Metz a validé sa montée en Ligue 1, la formation mosellane a pu s’appuyer sur un leader offensif décisif tout au long de la saison, un joueur qui fait gagner des points. Cette année, il s’appelle Habib Diallo, et à la différence de ses prédécesseurs, on ne l’avait pas franchement vu venir.

A 23 ans, le Sénégalais n’est pourtant pas un petit nouveau. La Ligue 1 l’avait même aperçu en première partie de saison 2016-2017. Aperçu seulement, car Metz l’avait prêté à la trêve hivernale à Brest, puis encore la saison dernière, le jugeant trop juste, pas encore mature sur un plan technique. Mais après un an et demi en Bretagne, Diallo est revenu chez les Grenats en conquérant. Et alors que le FC Metz peut valider ce soir son accession dans l’élite, en cas de victoire à domicile contre Grenoble (ou au moins de résultat aussi bon que Troyes, qui reçoit le Red Star), les supporters lui disent déjà merci.

Près de la moitié des buts messins

Après 33 journées, Diallo en est à 22 buts, à deux petites longueurs seulement de son ancien partenaire brestois Gaëtan Charbonnier (24). 22 buts, dont 17 à Saint-Symphorien, qu’il a transformé en son jardin. 22 buts, sur 53 marqués par les Messins, soit 42% des réalisations de son équipe à lui seul. Preuve de l’importance prise par le garçon en moins d’une saison.

Car quand on vous dit que Diallo est revenu en conquérant, c’est un petit raccourci. En réalité, il est d’abord revenu en remplaçant. Malgré un exercice 2017-2018 très correct à Brest (9 buts, 4 passes), et malgré le départ de Nolan Roux, l’ancien pensionnaire de Génération Foot (comme Sakho, Sadio Mané, Ismaïla Sarr), arrivé en France en 2013, a débuté la saison en cours sur le banc. Et c’est lors de la 2e journée, le 3 août dernier, que son aventure a pris une autre direction. Ce jour-là, Metz reçoit Orléans, mais à la 22e minute, Opa Nguette se blesse et cède sa place à Diallo. En un peu plus d’une heure, ce dernier inscrit un incroyable quadruplé, pour une victoire 5-1. Le voilà installé.

"Un joueur atypique"

Elu meilleur joueur du mois d’août en L2, sélectionné avec le Sénégal pour la toute première fois le 18 novembre lors d’un match contre la Guinée Equatoriale, il enflamme la première partie de saison. "Les prêts à Brest m'ont fait du bien, explique alors le timide attaquant. En Ligue 1, je ne jouais quasiment pas. Quand tu es jeune et que tu ne joues pas dans un club, il vaut mieux partir pour avancer." Un avis partagé par son ancien camarade Franck Signorino. "C’est un joueur atypique. A l’époque, il avait du mal à exprimer ses qualités sur la durée, confiait récemment ce dernier à Foot d’avant. Il s’est endurci après ses deux saisons en prêt à Brest. C’est un bon joueur d’attaque, il tient bien le ballon. Il est efficace de la tête."

Efficace, sauf pendant deux mois. Du 17 décembre au 22 février, Diallo connait une inexplicable période de disette. La réussite le fuit, il n’est jamais dans les bons coups, et Vincent Hognon lui préfère Ibrahima Niane lors du derby contre Nancy. L’ancien Brestois se refait à l’approche du sprint final: le voilà à 7 buts sur les 7 derniers matchs.

Quel avenir pour lui ?

Reste maintenant à savoir si l’intéressé aura l’occasion de briller en Ligue 1 la saison prochaine. Malgré ses superbes statistiques, et son efficacité dans la surface (d'où il marque tous ses buts), Diallo peine encore à peser dans le jeu, décroche très peu, et les observateurs doutent de sa capacité à élever son niveau face à des défenses plus solides, et dans des rencontres que Metz ne dominera pas.

Le club cherchera probablement à se renforcer en attaque, et à lui mettre un concurrent dans les pattes. S’il le conserve… En fin de contrat en juin 2020, Habib Diallo aurait tapé dans l’œil de plusieurs formations. Le nom du FC Nantes a été évoqué, mais c’est en Turquie que sa cote est élevée. En janvier, France Football avait évoqué une offre de 7 millions d’euros de Fenerbahçe pour le buteur, refusée par un FCM concentré sur la montée. Cet été, le raisonnement pourrait être différent. Mais Diallo, lui, ne veut pas y penser. "Mon avenir? Pour le moment, je suis à Metz, c’est ma meilleure saison et je ne pense qu’à Metz, assurait-il en février dans une interview au Républicain Lorrain. […] Je suis déjà monté une fois en Ligue 1 avec (Philippe) Hinschberger. Cette fois, j’espère qu’on va y aller et y rester le plus longtemps possible. Mais, pour y percer, il faut avoir un coach qui te fait confiance…" Ou le faire changer d’avis.

Clément Chaillou