RMC Sport

Info RMC Sport : Comment Nîmes a tenté de corrompre des joueurs

-

- - AFP

RMC Sport est en mesure de vous révéler de quelle manière des dirigeants du Nîmes Olympique ont tenté, par le biais d’intermédiaires, de corrompre des joueurs pour assurer leur maintien en Ligue 2 la saison passée.

C’est un véritable coup de tonnerre qui touche le football français en ce début de semaine. Avec cette question : la dernière saison de Ligue 2 a-t-elle été complètement tronquée ? Au cœur des investigations qui ont abouti à plusieurs mises en garde à vue ce mardi, des matches du Nîmes Olympique, qui « aurait exercé des pressions et proposé des arrangements » afin d'éviter une rétrogradation, selon des sources proches de l'enquête. Avec, dans l’œil du cyclone, l'actionnaire principal du club gardois, Serge Kasparian, écroué dans l'affaire du cercle de jeux Cadet, à Paris.

RMC Sport a recueilli le témoignage d’un joueur rencontré par Nîmes lors des trois dernières journées de championnat. Ce dernier, qui a souhaité conserver l’anonymat, raconte comment s’est effectuée l’approche : « Après un match, mes agents sont venus me rencontrer pour me dire qu’ils avaient été contactés par un intermédiaire afin de me proposer de plus ou moins lâcher le match contre Nîmes. On me faisait miroiter un futur contrat là-bas. Ce à quoi j’ai répondu que ça ne m’intéressait pas du tout. Ça nous a choqués, moi et mes agents, qu’on puisse me proposer un tel truc. Je suis père de famille et ce ne sont pas des choses dans lesquelles j’ai envie de m’engager. Je n’aurais aucune dignité à vouloir accepter ce genre de deal. »

Cette approche nous a été confirmée par Pierre Ducrocq, le directeur technique d’une agence de conseil de joueurs : « On m’a effectivement contacté pour tenter de me proposer une sorte de corruption. On a tout de suite refusé mais on en a parlé à notre joueur parce que c’est notre rôle de le prévenir, afin d'éviter toute approche d'une autre personne. Il m’a dit qu’il ne toucherait pas à ces choses-là. Les gens qui vous appellent pour ce genre de choses ne sont pas très directs. Ils font ça insidieusement mais vous comprenez très vite qu’ils ne sont pas là pour des choses très correctes. Eventuellement un contrat pour un joueur qui jouerait mal le dernier ou l’avant-dernier match de championnat. Peu importe mais des matchs décisifs en tout cas. »

Les dirigeants de Créteil auraient confirmé des approches

Le procédé s’est renouvelé à plusieurs reprises. Les dirigeants de Nîmes se sont ainsi entretenus avec le président caennais Jean-François Fortin, les dirigeants du CA Bastia et un responsable de Dijon. Autant de protagonistes qui ont été entendus ou mis en garde à vue. Le joueur d’un club concurrent de Nîmes pour le maintien nous a ainsi confié avoir reçu un coup de téléphone à quelques heures du coup d’envoi. L’homme à l’autre bout du fil se présente comme un ami des dirigeants nîmois et lui explique que ces derniers s’intéressent à lui pour le prochain mercato. A une condition : qu’il ne réalise pas un grand match dans la rencontre opposant les deux équipes.

Ces dernières heures, les perquisitions et auditions se poursuivaient pour les enquêteurs du Service central des courses et jeux (SCCJ), partout en France. Le match entre Nîmes et Créteil, comptant pour la 38e et dernière journée de Ligue 2 la saison passée, est aussi au cœur de l’enquête. Ancien entraineur de Créteil et actuel coach de Reims, Jean-Luc Vasseur a été entendu. Selon nos informations, les dirigeants cristoliens ont aussi été entendus et auraient confirmé des approches de leurs homologues nîmois.

Mohamed Bouhafsi avec Nicolas Paolorsi