RMC Sport

Ligue 2: Girard dénonce une "agression" de trois joueurs de Caen dans le vestiaire du PFC

Après la victoire du Paris FC sur la pelouse de Caen (0-2) samedi pour le compte de la 27eme journée de Ligue 2, l’entraîneur des Parisiens, René Girard, en colère, a dénoncé une agression qui aurait été provoquée par trois joueurs normands dans son vestiaire.

La tension est souvent présente quand René Girard et Pascal Dupraz s’affrontent. L'entraîneur du Paris FC et son homologue de Caen ne s’aiment pas. Lors du match aller, ils s'étaient copieusement "pourris" pendant et après la rencontre. Samedi, ils ne se sont pas salués comme le veut le protocole avant le coup d’envoi de ce match de la 27eme journée de Ligue 2.

Sur la pelouse du stade Michel d’Ornano, ce sont les Franciliens qui se sont imposés 2-0 grâce à des buts de Laura et Bamba. Fort de ce succès, le PFC, 6eme, compte dix points d’avance sur son adversaire du soir (9eme). Cet écart de points n’était sans doute pas au cœur d’un contentieux qui a opposé les joueurs après la rencontre.

Girard : "C'est honteux !"

"On a subi une agression de Caen, a soufflé René Girard, en colère, en conférence de presse. Trois joueurs de Caen sont venus et ça a fini en pugilat. Je trouve ça inadmissible." Selon le coach du PFC, ces trois joueurs du SMC sont venus "dans le vestiaire "pour se la passer (sic)". "Je ne sais pas ce qu’il y a eu, ils sont arrivés, ils ont mis un bordel pas possible, ça a mis une émeute. C’est honteux. Honteux !"

Dupraz : "Je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler"

Selon Le Parisien, Steeve Yago (impliqué récemment dans la blessure de Neymar), accompagné par deux équipiers, a voulu s'expliquer avec Gaëtan Laura, le premier buteur du PFC à d’Ornano. Toujours selon Le Parisien qui cite un membre de l’encadrement du club francilien, Charles Boli et Axel Bamba, auraient reçu des coups. "J'ai fait comprendre à la sécurité de Caen que c'était anormal que des joueurs de Caen puissent entrer dans nos vestiaires surtout que ce n'était pas vraiment pour venir échanger des maillots", a ironisé le président Pierre Ferracci, dans le quotidien francilien.

De son côté, Pascal Dupraz n’a pas souhaité souffler sur les braises et préféré jouer la carte de l’ignorance. "Je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler. Je suis rentré dans mon vestiaire à la fin du match." Et le coach normand de conclure au sujet de homologue parisien : "S’il l’a dit…"

AB avec CL à Caen