RMC Sport

Ligue 2: l'énorme émotion de Batlles pour la remontée de Troyes en Ligue 1

Laurent Batlles est apparu très ému en conférence de presse après la victoire de Troyes contre Dunkerque (2-0) ce samedi, synonyme pour le club de remontée en Ligue 1.

Il a fondu en larmes au coup de sifflet final. Et son émotion était encore immense, quelques minutes plus tard, au moment de se présenter en conférence de presse. C’est avec des trémolos dans la voix que Laurent Batlles a confié son bonheur et son soulagement de voir Troyes retrouver l’élite.

Arrivé dans l’Aube en juin 2019, pour sa première expérience de coaching dans le monde professionnel, l'ancien milieu de terrain (45 ans) a relevé une sacrée mission. Avec un projet de jeu ambitieux et un football séduisant. En repensant à l’ampleur du travail fourni depuis deux ans, et à la récompense symbolisée par cette montée en Ligue 1, il lui a fallu un peu de temps pour digérer et réaliser.

"La saison a été longue..."

"Ce n’est pas facile pour moi de parler, la saison a été longue, je remercie les deux personnes qui m’ont fait venir : le président Daniel Masoni et Luis De Sousa. Je remercie ma femme, mes enfants, ces deux ans n’ont pas été si faciles que ça. Je remercie aussi mes joueurs, le staff, le staff médical, les sponsors, et bien sûr les supporters. J’aurais aimé les voir dans un stade plein. Je vous remercie aussi (les journalistes). Je me dis que le groupe a énormément progressé, les joueurs ont adhéré au projet", a-t-il déclaré en préambule, avant d’être proche d’éclater en sanglots au moment de féliciter son groupe pour son dévouement.

"Il faut savoir que nos meilleurs joueurs jouent blessés depuis deux mois, on ne dit rien et ce n’est pas facile. Ils ont donné énormément, ils ont été extraordinaires. C’est grâce à eux qu’on en est là", a-t-il insisté, extrêmement ému. C’est grâce à sa victoire ce samedi contre Dunkerque (2-0) que Troyes est devenu champion de Ligue 2 à une journée de la fin de la saison. Le club va retrouver la Ligue 1 trois ans après sa dernière relégation en seconde. Une montée aussitôt célébrée par les joueurs avec les quelques supporters présents à l'extérieur du stade de l’Aube.

Il botte en touche sur son avenir

"Je ne remercierai jamais assez tous les gens qui travaillent ici au quotidien. Ça fait deux ans que j’entraîne et on monte cette année. Ce n’est pas particulièrement une revanche par rapport à l’an dernier (et l’arrêt du championnat). On a fait la même chose en mieux. C’est une très belle saison. On a commencé à remonter tout le monde en janvier, il fallait durer et faire beaucoup d’efforts pour rester en haut. J’ai senti à un moment que quelque chose se passait dans la qualité du jeu et qu’on pouvait mettre en difficulté pas mal d’équipes. On a été meilleurs que l’an dernier dans le jeu", a poursuivi Batlles, à la tête d’un groupe sans star, mais composé de valeurs sûres comme le gardien Gauthier Gallon (28 ans), le milieu Florian Tardieu (29 ans) et l’attaquant Yoann Touzghar (34 ans), troisième meilleur buteur de Ligue 1 avec 15 réalisations.

"Ce sont des larmes de bonheur, d’une année très longue. Il faut savoir qu’avec le coronavirus, on ne savait pas d’une semaine à l’autre si on pouvait avoir les joueurs. Je suis dans mon bonheur simple", a souligné Batlles, sous contrat jusqu’en 2023 avec l’ESTAC - désormais possédé par le City Football Group - mais qui devrait succéder à Michel Der Zakarian sur le banc de Montpellier la saison prochaine.

Questionné sur son avenir, le principal intéressé a préféré botter en touche: "Est-ce que je serai là l’année prochaine? Je ne vais pas commenter ce qui s’est passé aujourd’hui, j’ai voulu rester focalisé et serein sur le match, il fallait montrer beaucoup de confiance à cette équipe, je ne vais pas commenter tout ce qui se dit. Je ne commente rien."

RR avec AV