RMC Sport

Ligue 2: nouvelle passe d’armes entre Chambly et la LFP

Contraint de disputer le match de Ligue 2 contre Clermont samedi malgré un grand nombre de joueurs positifs au Covid-19, le club de Chambly n’accepte pas la façon dont il a été considéré par la LFP. Et il l’a encore fait savoir ce lundi au directeur général de la Ligue, Arnaud Rouger.

Le torchon brûle toujours entre Chambly et la Ligue. Samedi, le club de l’Oise a joué (et perdu) son match à Clermont (1-0) pour le compte de la 25eme journée de Ligue 2. Un déplacement surréaliste marqué par l’absence de nombreux joueurs, testés positifs au Covid-19, et par le fait que le groupe a failli se faire exclure de l’hôtel dans lequel il logeait avent le match.

Si les Camblysiens ne contestent pas la décision de la LFP d’avoir respecté le protocole sanitaire en maintenant la tenue de la rencontre, ils n’ont en revanche pas apprécié l’attitude d’un membre de la LFP. "Nous avons eu des échanges qui se sont mal passés avec la Ligue", a indiqué Fulvio Luzi, le président de Chambly, dimanche sur RMC. Lundi, dans les colonnes de L’Equipe, Arnaud Rouger, directeur général de la Ligue, lui a répondu: "Le salarié n’a fait que respecter le protocole sanitaire en vigueur et il n’y avait aucune raison que Chambly s’en prenne à lui publiquement, a déclaré le dirigeant de la Ligue. C’est totalement déplacé. D’autant que tous les clubs sont traités de la même manière. Par principe, un match est toujours maintenu, sauf contre-ordre."

"Nous avons l’impression que c’est: 'Jouez et fermez-la'"

Alors qu’on aurait pu en rester là, Chambly en a remis une couche lundi dans un nouveau communiqué de son président. Désireux de prouver sa bonne foi, Fulvio Luzi dévoile des emails adressés à la LFP dans lesquels est mentionné l’existence d’un 11eme cas positif au variant anglais.

Mais c’est une nouvelle fois l’attitude du dirigeant de la Ligue que ne digère pas le patron de la formation de l’Oise: "Nous ne reprochons pas à votre collègue d’avoir appliqué le règlement. A aucun moment nous n’avons eu la volonté de remettre le match sauf quand on nous a fait savoir que nous allions être exclu de l’hôtel à 9h du matin. Avez-vous déjà été dirigeant de club? Qu’elle aurait été votre réaction si vous étiez avec la délégation samedi matin dans l’hôtel, avec l’angoisse de se retrouver à la rue. Quelle aurait été votre opinion? (...) Nous avons la mauvaise impression d’avoir été méprisés humainement, ce qui est conforté par l’article de ce matin. Le rôle de la LFP n’aurait-il pas été de prendre des nouvelles de notre club? Ne serait-ce qu’hier (dimanche)? Nous avons l’impression que c’est: 'Jouez et fermez-la', c’est l’origine de notre courroux. Nous, nous avons honoré notre sport ce week-end. L’histoire du FC Chambly ne mérite-t-elle pas un peu plus de respect?" Et le président de conclure pour mettre fin à la discorde: "Nous classons l’affaire et nous nous concentrons sur notre objectif sportif." Chambly, 18eme de Ligue 2, se bat pour ne pas descendre en National1.

Aurélien Brossier Journaliste RMC Sport