RMC Sport

Barça-Lyon: Lannoy pointe "le non-respect du protocole" sur le penalty

Alors que le Barça et l'OL étaient encore dos à dos au Camp Nou, en huitième de finale retour de la Ligue des champions, Luis Suarez a obtenu un penalty après un contact dans la surface avec Jason Denayer. Ancien arbitre international et consultant RMC, Stéphane Lannoy analyse les instants qui ont suivi cette décision arbitrale très controversée.

Trois semaines après avoir obtenu le nul à l’aller sur ses terres (0-0), l’OL a subi la loi du Barça (5-1) mercredi en huitième de finale retour de la Ligue des champions. Les Gones ont rapidement vu leurs espoirs de qualification s’envoler au Camp Nou. Dès la 16e, l’arbitre de la rencontre, le Polonais Szymon Marciniak, a accordé un penalty aux locaux après un contact dans la surface entre Jason Denayer et Luis Suarez. Malin sur ce coup-là, l’Uruguayen s’est écroulé après avoir marché sur le pied du défenseur belge. S’il est difficile de juger de son influence sur l’ensemble du match, ce penalty controversé a énormément fait parler, notamment parce qu’il y a un doute autour de l’utilisation ou non du VAR par l’arbitre principal.

"Je crois que tout le monde autour de cette table est clairement convaincu qu’il n’y a pas penalty. Ce qui me surprend davantage, c’est le non-respect du protocole. C’est pour ça que je me suis longuement interrogé mercredi soir sur un dysfonctionnement de l’assistance vidéo, ou du moins si ce n’est pas au niveau des images, c’est au niveau de la communication entre le car régie et l’arbitre central", a analysé jeudi dans Team Duga l'ancien arbitre international Stéphane Lannoy. " Le protocole est extrêmement clair. On l’a vu il y a une semaine avec le PSG. Sur une situation de penalty, que ce soit une faute de main d’un défenseur ou une faute de pied, c’est systématiquement visualisé dans le car régie. En l'occurrence, c'était une faute de pied de Denayer", a-t-il développé.

Des explications à venir de l'UEFA?

Lors du huitième de finale retour de Ligue des champions perdu par le PSG face à Manchester United (3-1), l’arbitre slovène Damir Skomina s’était effectivement rendu au bord du terrain du Parc des Princes afin de visionner les images de la main de Presnel Kimpembe, avant d’accorder un penalty aux Red Devils. "L’arbitre central doit obligatoirement, c’est dans le protocole, visionner les images en bord de terrain, comme l’a fait Damir Skomina il y a une semaine au Parc. Ça n’a pas été fait mercredi soir", a souligné Lannoy. Mais alors comment expliquer que Marciniak ne se soit pas déplacé pour visionner les images du VAR lors de Barça-OL ? A-t-il décidé de ne pas les consulter après avoir été alerté par les arbitres présents dans le car régie qu’il avait pris la bonne décision en sifflant penalty ?

Pouvait-il se permettre d’accorder le penalty au Barça sans visionner les images ? "Ce qui est factuel sur une situation de penalty, c’est quand il y a par exemple une faute commise dans la surface ou à l’extérieur. C’est factuel, l’arbitre n’a pas besoin de se déplacer. Par contre, sur une faute d’un attaquant ou d’un défenseur, l’arbitre doit se déplacer en bord de terrain. Le lendemain du match du PSG, il y a eu une communication de la part de l’UEFA sur l’utilisation de l’assistance vidéo. Attendons de voir s’il va y avoir une communication de l’UEFA mentionnant peut-être un dysfonctionnement au niveau de la communication", a expliqué Lannoy. Il y a une semaine, l'instance européenne avait pris la défense de l'arbitre de PSG-MU, assurant qu'il avait eu raison de siffler penalty après une faute de main de Kimpembe.

>> La Ligue des champions, c'est en exclusivité sur RMC Sport, cliquez ici pour vous abonner

RMC Sport