RMC Sport

Barça-PSG: Jano Resseguié vous raconte l'ambiance de dingue au Camp Nou

-

- - -

Voix du foot sur RMC et commentateur de Barça-PSG, Jano Resseguié, un habitué du Camp Nou, vous raconte l'ambiance particulière qui a pu aider à la remontada.

« Autant la presse catalane avait mis la pression ces derniers jours sur la fameuse remontada, autant ce mercredi El Mundo Deportivo ou Sport (les deux quotidiens sportifs de Barcelone) avaient affiché une certaine prudence : y croire sans y croire ! C'est la réflexion que je me suis faite durant toute la journée qui a précédé la rencontre. Le Camp Nou est un stade qui a vieilli tranquillement mais qui a toujours su faire le plein pour les grandes soirées et ce mercredi 8 mars 2017 était souhaité comme tel.

A lire aussi >> Barça-PSG: Gerrard, Lineker, Owen et Ferdinand explosent de joie sur le but de Sergi Roberto 

Les aficionados blaugranas arrivent au dernier moment, comme d'habitude, et les drapeaux aux couleurs du club ou de la Catalogne ne sont de sortie qu'au tout dernier moment pour l'hymne du Barça, avant l'entrée des équipes, et celui de la Ligue des champions. 

On ressent à ce moment-là que les 96 000 spectateurs ont envie de connaître une grande soirée. Quant aux 4500 Parisiens perchés tout en haut sur le dernier anneau, ils ont donné de la voix juste avant le coup d'envoi pour tenter de soutenir les joueurs de la capitale. Pour en avoir croisé quelques-uns avant le match, ils posaient tous la même question, comme si l'inquiétude était réelle de savoir à quel type de rencontre fallait-il s'attendre. Y croire sans y croire, encore une fois !

A lire aussi >> Barça-PSG: Les 5 fois où l'arbitre a fait mal au PSG 

Et le pire arrive très vite. Cette erreur de placement de Verratti et de Marquinhos, conjuguée à une anticipation approximative de Trapp, qui profite à Luis Suarez dès la 3e minute pour l'ouverture du score. Le stade explose déjà et se sent prêt à rêver. 

Du bruit dans les tribunes, il y en aura durant toute la première période, comme si les supporters du Barça avaient pris conscience de la fébrilité surprenante des Parisiens. Le match aller, mais à l'inverse. Le Camp Nou pousse à l'approche de la mi-temps. C'est assez surprenant, d'ailleurs, d'entendre ça, alors qu'habituellement il est bien plus spectateur du match qu'acteur.

Neymar, le plus en vue des Catalans, harangue les tribunes à chacun de ses corners. Il ne reste plus que cinq minutes avant la fin du premier acte et Paris fait encore preuve d'une grande passivité défensive. Iniesta, le capitaine et figure emblématique du club, se joue de Marquinhos et tente un coup du talon qui finit sur le genou de Kurzawa, avec Trapp qui ne peut que constater les dégâts. Le score souhaité, presque parfait, de 2-0 à la moitié du chemin, est bien réel. Le Camp Nou est sous le charme et commence vraiment à y croire de plus en plus.

>> Le match replay avec le son de RMC Sport 

Le penalty de Messi, au retour des vestiaires, transforme le stade en une cocotte-minute qui est au bord de l'implosion car l'équipe n'est plus qu'à un but de rejoindre le PSG sur l'ensemble des deux matches. Est-ce bien la réalité ? L'histoire est-elle en train de s'écrire ? En tout cas cela se complique pour les 4500 Parisiens, voire même un peu plus, répartis dans les tribunes comme ce couple juste devant notre cabine de commentateurs de RMC, qui se retourne vers nous comme pour chercher du soutien.

62e minute. Un mouvement à trois du Paris Saint-Germain, un rare moment où le PSG retrouve son jeu ! Verratti, Kurzawa et Cavani buteur ! Le stade s'éteint. Il faut trois buts aux Blaugrana pour se qualifier. Le soufflé retombe au fil des minutes. Y croire de moins en moins pour tous ces fans de Barcelone, dont certains décident de quitter leur place en signe de dépit et d'abandon. Cette fois-ci, c'est fini. Et le couple devant nous a le sourire et nous aussi, mais par expérience nous décidons de rester prudents. Car il y a un joueur au Barça ce mercredi soir, Neymar en l'occurrence, qui a gardé le rythme durant tout le match, et le Brésilien continue d'y croire. Il déclenche l'euphorie dans le stade avec son magnifique coup-franc en pleine lucarne (88e). La clameur provoque le retour de certains supporters qui avaient pourtant abandonné leur siège quelques minutes plus tôt. Ils ont eu du nez !

A lire aussi >> Barça-PSG: on a regardé les 10 dernières minutes à froid (et il y a beaucoup de choses à dire) 

Neymar, encore lui, provoque le délire dans les tribunes en transformant le penalty (91e) au moment où le quatrième arbitre annonce le temps additionnel de cinq minutes. Et là, tu te dis que ça va être l'enfer. Le stade gronde de plus en plus. Les gens sautent sur place, chantent l'hymne catalan. Les écharpes se tendent dernière le but de Trapp et Neymar fait encore parler de lui pour envoyer Sergi Roberto à la Une de tous les journaux du lendemain. 6-1. Jeu, set et match.

Barcelone l'a fait, le Camp Nou chavire de bonheur. L'arbitre siffle la fin du match. Le couple parisien devant nous est au bord des larmes. Ils s'en vont discrètement. Pendant que les joueurs du Barça courent partout sur la pelouse, quelques supporteurs réussissent à dribbler les stewards. Verratti est allongé sur le terrain, Meunier se prend la tête à deux mains et Thiago Silva s'effondre. La remontada a bien eu lieu ce 8 mars 2017 et cette fois-ci, le public a toutes les raisons d'y croire. »

A lire aussi >> Riolo: "Le PSG est mort au Camp Nou !" 

Jean Resseguié