RMC Sport

Bayern - Benfica : Munich va devoir rester prudent

-

- - -

Le Bayern Munich s’est imposé (1-0) face au Benfica Lisbonne ce mardi en quart de finale aller de la Ligue des champions. Un succès pas si facile des Bavarois qui devront se méfier au retour

Le Bayern sur courant alternatif

Le début de match tonitruant des Allemands marqué par l’ouverture du score d’Arturo Vidal dès la 3e laissait augurer une très difficile soirée pour le Benfica Lisbonne. L’impression s’est prolongée tout au long d’une première période cornaquée par les hommes de Pep Guardiola. Moins précis au retour des vestiaires, les Allemands ont perdu peu à peu le contrôle, concédant même de grosses situations à Jonas notamment. Pourtant bien servis, Thomas Müller et Robert Lewandowski ont affiché un déchet inhabituel. Avec ce score de 1-0, le Bayern est en position favorable. Mais sa marge minimale illustre une domination stérile et une impression de fatigue de l’un des gros prétendants à la victoire finale. La faute aux grosses chaleurs qui ont sévi en Bavière ces derniers jours ? On a vu les joueurs énormément s’hydrater en fin de match. Il faudra néanmoins faire plus pour régner sur l’Europe.

Ribéry a retrouvé ses jambes

La tendance se confirme. Franck Ribéry retrouve ses sensations. Le Français (33 ans) l’a démontré ce mardi, dans la plus belle des compétitions de club du monde. Titularisé sur le flanc gauche de l’attaque bavaroise, Ribéry n’a certes pas tout réussi ce soir. Mais il lance le mouvement de l’ouverture du score d’Arturo Vidal. En confiance, il a constamment provoqué, tenté comme sur cette volée acrobatique (40e). Au plus fort de la domination du Bayern en première période, le jeu a constamment penché de son côté. Preuve de son rayonnement, Pep Guardiola, lorsqu’il a fait entrer Kingsley Coman, a choisi de sortir Douglas Costa plutôt que « Kaiser Franck ».

Vidal, l’homme à tout faire

L’homme fort de ce Bayern, en quête d’une 5e qualification en demi-finale de Ligue des Champions, s’appelle Arturo Vidal. Plaque tournante du milieu, il ouvre le score (3e) sur un service de Bernat. Décisif dans toutes les zones, il sauve son équipe en fin de première période en repoussant une volée de Gaïtan. Indispensable.

Jonas peut s’en vouloir

Il symbolise les deux visages lisboètes de la soirée. Transparent avant la pause, Jonas a eu par deux fois l’égalisation au bout du pied (56e, 64e) lors de la meilleure période portugaise. Deux occasions qui nourriront les regrets du Benfica. Il écope d’un carton (62e) qui le privera du match retour. Il manquera à Lisbonne dans l’obligation d’inscrire au moins deux buts pour renverser la tendance.

la rédaction