RMC Sport

Bayern-PSG: ce qui a changé depuis la finale de l’été dernier

Huit mois après leur affrontement en finale à Lisbonne, le PSG et le Bayern Munich se retrouvent ce mercredi en Ligue des champions. Les deux rivaux ont rendez-vous à l’Allianz Arena, en quart de finale aller (21h sur RMC Sport 1). Avec des visages assez différents.

C’est une date qui restera dans l’histoire des deux clubs. A jamais. Le 23 août 2020, le Bayern Munich a décroché sa 6e Ligue des champions en battant le PSG, qui disputait sa première finale (1-0). Kingsley Coman a inscrit l’unique but de la rencontre à l’heure de jeu, d’une tête placée au second poteau. Mais le duel a été relativement serré sur la pelouse de Lisbonne. Les Bavarois ont eu la possession (62%), alors que les Parisiens ont réussi plus de frappes cadrées (3 contre 2).

Les Thiago sont partis, Choupo a changé de camp

Huit mois après le grand frisson du stade de la Luz, les voilà à nouveau face-à-face. En quarts de finale, cette fois. Avec un match aller prévu ce mercredi à l’Allianz Arena (21h sur RMC Sport 1). Depuis leur dernière confrontation, les choses ont un peu évolué au sein des deux clubs. Concernant les joueurs déjà. Par rapport aux compositions alignées en finale, deux cadres sont partis en Premier League. Deux Thiago. Un dans chaque camp. Silva s’est engagé avec Chelsea, alors qu’Alcantara a rejoint Liverpool. Et il y a bien sûr le cas d’Eric-Maxim Choupo-Moting, passé du banc parisien à celui d’en face.

Les circonstances pourraient d’ailleurs lui offrir une titularisation inattendue face à son ancien club. Car plusieurs cadres sont absents pour ces retrouvailles. A commencer par Robert Lewandowski, touché au genou. Même s’il n’avait pas marqué à Lisbonne, l’attaquant polonais avait donné des sueurs froides à la défense du PSG, avec une frappe sur le poteau et une tête à bout portant en première période. Son absence s’ajoute à celle de Serge Gnabry (positif au Covid 19), qui était titulaire sur l’aile droite. L’international allemand sera suppléé par son compatriote Leroy Sané, arrivé de Manchester City. Pour le reste, le onze du Bayern devrait être assez similaire à celui de l’an passé. Toujours avec Hans-Dieter Flick à la manœuvre.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour voir Bayern-PSG et tous les matchs de la Ligue des champions

Paris à la peine en championnat

A Paris, en revanche, Mauricio Pochettino a pris la place de Thomas Tuchel en janvier. Mais la plupart des titulaires de la finale devraient tout de même être reconduits. A l’exception de Juan Bernat (gravement blessé au genou en début de saison), Leandro Paredes, (suspendu) et Ander Herrera (en difficulté ces derniers mois). Marquinhos, lui, est redescendu d’un cran pour reprendre sa place en charnière centrale. Cette situation devrait profiter à Abdou Diallo, Idrissa Gueye et Danilo Pereira, qui est arrivé de Porto à l’intersaison. En l’absence de Mauro Icardi, qui n’était même pas entré en jeu il y a huit mois, Moise Kean, prêté par Everton, sera aligné en attaque. Avec l’espoir de tromper au moins une fois Manuel Neuer.

Paris a besoin d’un exploit pour continuer à rêver d’ici la fin de saison. Car cet exercice 2020-2021, sans être horrible, est assez pénible dans l’ensemble. En Ligue 1 notamment. Après 31 journées, le PSG compte déjà huit défaites. Son revers contre Lille, samedi dernier au Parc des Princes (0-1), a relégué le club de la capitale à la 2e place du classement, à 3 points des Dogues. Sa qualification pour la prochaine C1 est loin d’être assurée, avec l’OL et Monaco tout près dans le rétro.

La suprématie du Bayern

Sur la scène européenne, ça va un peu mieux. Après avoir terminé à la première place de leur groupe, devant Leipzig et Manchester United, les Rouge et Bleu, également qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe de France, ont sorti le FC Barcelone au tour précédent. En chassant les démons de la remontada. Mais si l’aller au Camp Nou a été magistral, avec le triplé de Kylian Mbappé (1-4), le retour a été nettement plus poussif au Parc (1-1). Dans le même temps, le Bayern, invaincu dans la compétition, n’a laissé aucun espoir à la Lazio. Avec deux victoires sans bavure (1-4, 2-1).

Les partenaires de Thomas Müller, brillant chef d’orchestre, sont d’ailleurs en tête de la Bundesliga. Avec une avance confortable depuis le week-end dernier et leur succès sur la pelouse de leur principal rival Leipzig (0-1). Avec 79 buts inscrits en 27 journées et seulement 3 défaites au compteur (contre Hoffenheim, Mönchengladbach et Francfort). Une suprématie confirmée lors du Mondial des clubs, remporté mi-février au Qatar, avec une victoire en finale face aux Tigres d’André-Pierre Gignac (1-0). Seule ombre au tableau: l’élimination surprise en Coupe d’Allemagne face à Holstein Kiel, une équipe de 2e division (2-2, 6 tab à 5).

Les débuts poussifs de Pochettino

Pour le reste, la machine bavaroise semble plus impressionnante que jamais. Avec son 4-2-3-1 dévastateur, l’équipe de Flick terrorise ses adversaires et s’avance comme la grande favorite à sa propre succession en C1. Le PSG va devoir être grand pour venir à bout de son bourreau de l’été, invaincu dans son jardin depuis près d’un an et demi (33 matchs).

C’est l’occasion pour Mauricio Pochettino de prouver qu’il a l’étoffe pour emmener le PSG plus haut, même si son bilan ne se fera évidemment pas aussi vite, ni dans un tel contexte. Reste que cette page comptera dans son histoire parisienne. Depuis son arrivée il y a trois mois, le coach argentin peine à dynamiser le visage de sa formation. Que ce soit dans le schéma, le plan de jeu ou les attitudes. Le spectacle n’est clairement pas au rendez-vous. Mais l’espoir existe en repensant aux victoires à Barcelone (1-4) et à Lyon (2-4). Les deux plus belles partitions du PSG en 2021. A chaque fois dans un grand rendez-vous à l’extérieur. C’est le moment parfait pour confirmer cette tendance.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport