RMC Sport

Benfica-Bayern: Nagelsmann n’était pas sur le banc après avoir fait un malaise

Julian Nagelsmann, jeune entraîneur du Bayern Munich (34 ans), n’était pas sur le banc de son équipe, mercredi lors de la victoire sur le terrain de Benfica (0-4). Il souffrait d’une infection grippale et aurait été pris d’un malaise, selon Bild.

Julian Nagelsmann ne se cachait pas derrière les écrans connectés qui ont fleuri sur le banc du Bayern cette saison, mercredi lors de la large victoire de son équipe sur le terrain du Benfica Lisbonne (0-4). Selon Bild, le jeune entraîneur bavarois (34 ans) a été pris d’un malaise avant la rencontre. Il souffrait d’une infection grippale et a préféré se préserver. Son absence a été confirmée une heure avant le coup d’envoi par le club.

"Julian Nagelsmann ne peut malheureusement pas s'asseoir sur le banc aujourd'hui en raison d'une infection pseudo-grippale, a indiqué le géant bavarois sur son compte Twitter. Il est représenté par ses co-entraîneurs, notamment Dino Toppmöller et Xaver Zembrod. Bon rétablissement Julian!"

Des changements effectués sous ses ordres à distance

Après l’avoir remplacé sur le banc, Dino Toppmöller, son adjoint, l’a également suppléé en conférence de presse à l’issue du match. "Sur l'absence de Julian, je l'ai vu hier (mardi) à l'hôtel et on m'a juste dit avant le match qu'il ne pourrait pas être sur le banc, a-t-il confié. Le match avait déjà été préparé sous ses ordres et à la mi-temps nous avons corrigé ce qu'il y avait à corriger. En seconde période, j'ai été en contact avec lui, il a été à l'origine des changements. Je crois que je l'ai bien remplacé et je suis content de la victoire. Benfica a un bon coach et ils sont très forts en contre-attaque, nous avons fait un superbe travail pour minimiser leurs forces."

>> Abonnez-vous pour regarder la Ligue des champions avec le pack Sport RMC Sport + beIN Sports

Dominateur, le Bayern a réussi à forcer le verrou lisboète dans les vingt dernières minutes de la rencontre avec des buts de Leroy Sané (70e, 84e), Everton (80e, csc) et Robert Lewandowski (82e). "Nous sommes bien rentrés dans le match en réussissant à imposer une pression, a ajouté Toppmöller. Je crois que nous avons fait le nécessaire pour marquer dès la première période. Au retour des vestiaires, avec plus de calme, nous avons réussi à faire la différence, le premier but a eu l'effet d'un ouvre-boîte. Je pense que d'une façon générale, c'est une victoire méritée."

NC