RMC Sport

Chelsea-Atlético : Mourinho a perdu la recette

José Mourinho

José Mourinho - -

José Mourinho ne verra pas Lisbonne le 24 mai. Eliminé par l’Atlético Madrid ce mercredi, le coach de Chelsea s’est s’arrêté pour la sixième fois aux portes d’une finale de Ligue des champions, la quatrième de suite.

Il n’a pas varié. Pourtant en ballotage favorable après le nul ramené de Madrid (0-0) la semaine passée, José Mourinho avait concocté un schéma défensif pour fermer le jeu à souhait lors de la demi-finale retour de C1 contre l’Atlético, mercredi à Stamford Bridge. Objectif : envoyer de longs ballons vers Fernando Torres. Le « Mou » voulait voir venir.

Un plan qui s’est d’abord déroulé sans accroc, surtout lorsque Torres ouvre le score à la 36e minute. Titulariser « El Nino », c’était un vrai choix du Portugais et il a payé. Mais à force de laisser venir les Espagnols en tentant de les contenir, les Blues ont pris l’eau. Et le but de Lopez avant la mi-temps est d’une logique implacable. La tactique du Portugais va alors rapidement touché ses limites. 

Coaching perdant

A la pause, le « Special One » prend conscience qu’il ne peut pas continuer à bétonner. Il décide de faire entrer Samuel Eto’o à la 54e minute à la place d’Ashley Cole. Mais à peine cinq minutes après son entrée en jeu, c’est l’attaquant camerounais qui crochète Diego Costa de façon flagrante dans la surface. Le penalty est indiscutable et son équipe se retrouve menée. Mourinho a la tête des mauvais jours, il bouillonne. Sa défense prend l’eau mais il ne trouve pas la solution.

Il se décide finalement à injecter du sang neuf en attaque. Exit Torres, essoufflé par des allers-retours rarement primés. Et c’est Demba Ba, l’homme providentiel du moment, qui se jette dans l’arène. Mais trois minutes plus tard, le héros du quart de finale contre le PSG ne peut que constater les dégâts lorsque Turan plante le troisième but et ruine définitivement les espoirs londoniens.

Mourinho le sait, il vient de perdre son défi tactique face à Diego Simeone. Son visage dans le dernier quart d’heure est parlant : le regard vide, les traits tirés, sonné. Une mauvaise habitude pour l’ancien coach de Porto qui, depuis son sacre avec l’Inter Milan en 2010, a été éliminé quatre fois d’affilée au stade des demi-finales de la Ligue des champions (3 avec le Real Madrid et 1 avec Chelsea), pour un total de six arrêts aux portes de la finale. Une des rares tâches sur le CV du Special One.

Nathan Gourdol