RMC Sport

Comment reconnaître un supporter monégasque

-

- - -

C’est un concept à part entière. Indéfinissable pour les non-initiés. Mais avant Monaco-City, ce mercredi 20h45, il mérite lui aussi son coup de projecteur, d'autant que Louis-II devrait être plein. Portrait-robot du supporter monégasque (rédigé par un supporter neutre, comme il se doit).

Il est de ceux qu’on aurait, à première vue, du mal à décrire, faute de ne jamais y penser. De ceux que l’on découvre avec surprise, et qui se remarquent ça et là les années d’épopée. Supporter discret, souvent raillé, pourtant passionné et fidèle, le supporter monégasque n’est finalement pas si rare, et vibrera comme jamais ce mercredi soir à l’occasion d’un Monaco-City que tous les amoureux du ballon rond se plairont à suivre à l’unisson.

-
- © -

Portrait-robot

Idée reçue : le supporter monégasque n’existe pas

Il en a d’ailleurs un peu marre, bien qu’il soit habitué, des blagues sur le public de Louis-II. « Pas de supporter bla bla bla… » « Le supporter monégasque c’est Casper bla bla bla… » « Les supporters monégasques sont jaunes et en plastique bla bla bla… » C’est juste que le supporter monégasque (et on ne dit pas « le » parce qu’il n’y en a qu’un, on vous arrête tout de suite), n’habite pas (ou peu) la principauté. Très présent sur la Côte d’Azur, mais également disséminé partout en France, le Monégasque aime son équipe, le beau jeu, et sait être fier de son équipe (les bonne années).

>> Pourquoi Monaco-Manchester City peut être encore plus dingue que le match aller

Mais pourquoi tu supporters Monaco toi ?

Ça fait des années que vous connaissez ce mec, et comme ça, sans prévenir, il vous annonce l’air de rien qu’il supporte Monaco depuis toujours. Simple coïncidence s’il s’agit d’une année où Monaco joue le titre et flambe en Ligue des champions bien sûr… Il vient de l’Ouest de la France, mais a « du Sang Rouge et Blanc. » « Tu comprends, j’ai grandi avec l’épopée de 2004, Morientes tout ça, tout ça… » Oui oui, on connaît. Pourquoi la superbe épopée de Strasbourg en Coupe de France 2001 n’a pas fait plus d’émules par contre, on ne comprendra jamais.

Le supporter monégasque aime le supporter monégasque

« Discret, respectueux, exigeant, pratique le second degré, là dans les gros matches. » Le supporter monégasque s’imagine supporter au sens noble. Enthousiaste mais pas bof. Impliqué mais lucide. Ne lui dites pas, mais on l’a bien vu insulter la mère de Falcao après son penalty raté que-Fabinho-aurait-mis-les-yeux-fermés.

>> Monaco-Man City: vu les discours des coachs, ça promet un match fou

Comment apaiser un supporter monégasque en colère

Parce que oui, il peut avoir le sang chaud comme les autres (surtout quand un type est assis sur son siège à Louis-II. Un cas toutefois assez rare). Mais il existe une technique absolument imparable pour apaiser le Monégasque. D’une voix calme, susurrez-lui à l’oreille les mots magiques : « Nonda », « Prso », « Morientes », « Ibarra ». Résultats spectaculaires. Marche aussi avec « Giuly », « Rothen », et même « Gaël Givet » pour les plus fidèles.

Au final…

Il aime son passé, vibre de son présent, sort de sa boite quand il l’entend. Le supporter monégasque est finalement un supporter comme tous les autres, et on ne va pas se mentir, ce mercredi soir contre City, on sera tous avec lui. BON MATCH A TOUS !

>> Ligue des champions: pourquoi Monaco peut le faire contre Manchester City

POUR ALLER PLUS LOIN

Lisez l'ensemble des commentaires de ce tweet, et merci à vous !

A.T.