RMC Sport

Daniel Riolo: "Paris avance enfin!"

Retour sur la qualification du Paris Saint-Germain en quart de finale de la Ligue des champions face au Borussia Dortmund.

La balance entre réussite et échec n’est pas encore équilibrée. Le PSG a trop souvent failli pour parader. Mais chambrer le BVB, ça oui. A chaud après le match, j’ai trouvé exagérées les réactions des joueurs du PSG, mais je ne savais pas. La "vraie" vie étant visiblement désormais sur les réseaux sociaux, il m’avait échappé à quel point le BVB et ses joueurs avaient fêté le match aller avec une énorme dose de prétention. Sans parler du directeur sportif du club qui avait carrément pris pour cible la politique sportive du club et ses investissements. 

La réponse du club à travers une joie exubérante est donc parfaitement compréhensible. Les mots des joueurs après le match, la réaction de Tuchel, raillé dans son pays après le match aller, montrent en tout cas qu’au club on a bien conscience du rejet général.

Le PSG a le droit à une bonne dose de "bonheur" au nez des rageux

Parce que oui, il faut le savoir, le PSG n’est pas détesté seulement en France. Cette stupide haine primaire est bien partagée en Europe. Le PSG a souvent offert la possibilité à ses détracteurs de se moquer de lui et à un moment, répondre, c’est juste humain. 

Paris ne s’est que qualifié pour les quarts de finale mais il a le droit à une bonne dose de bonheur au nez à et la barbe des "rageux" de toutes sortes qui sans raison objective ne souhaite que sa faillite. Voir autant de gens se marrer à l’idée que le Ligue des champions soit suspendue juste parce que ça handicapera le PSG est d’une bêtise sidérante!

Un succès pour chasser les vieux démons

Et c’est d’ailleurs pour ça que je dis depuis longtemps que le PSG doit se servir de cette atmosphère dans sa préparation mentale, dans sa politique sportive pour avancer. 

Pour continuer d’avancer, il faudra aussi ne plus rater de matchs. Ne plus afficher le niveau vu à Madrid ou à Dortmund. Au bord du terrain, Tuchel répétait beaucoup de jouer avec confiance mercredi soir, ce succès aidera peut-être à chasser les vieux démons.

Sur le terrain, ce manque de confiance s’est peu vu. Si ce n’est lors d’un dernier quart d’heure plein de tension. Une appréhension légitime peut-être mais qui n’a pas servi un BVB finalement quasiment jamais dangereux. Dans cette fin de match, la peur a certainement été l’adversaire le plus délicat des Parisiens. 

Globalement le PSG a donc largement contrôlé le match. L’investissement collectif fut certes normal, mais aussi remarquable. Voir que Neymar, pourtant pas toujours excellent a couru plus de 10 km est satisfaisant. Savoir qu’il peut mieux faire est en plus encourageant.

La meilleure place pour Thiago Silva, sur le banc

Bon au pressing, solide défensivement, Paris a livré un match complet. Avec un Cavani en jambes et premier défenseur infatigable, les autres offensifs ont de la place. 

Pour la suite, s’il y en a une, Tuchel va devoir se casser la tête et prendre les bonnes décisions. Evidemment comme je le disais avant le match, les absents doivent avoir du mal à revenir. Savoir que Marquinhos et Kimpembé (les deux excellents) forment la meilleure charnière, on le savait. C’est cruel pour Thiago Silva, mais la meilleure place pour le capitaine du club, c’est sur le banc à encourager l’équipe. Marquinhos est, désormais, le vrai capitaine. C’est lui qui donnait de la voix et faisait tout pour faire remonter le bloc équipe. 

L’autre duo qui doit s’installer, c’est celui composé de Paredes et Gueye! Le Sénégalais donne au PSG ce pour quoi il est venu. Une personnalité au milieu. Un récupérateur, un harceleur. Un milieu comme en ont toutes les équipes qui vont loin en Ligue des champions. Paredes apporte lui du caractère. Oui mettre des coups, ça fait aussi partie du foot de haut niveau. Rester debout et se battre au milieu, surtout quand on évolue à 4 devant, c’est capital. Mais Paredes ne fait pas que ça. Il oriente le jeu vite, sans garder le ballon inutilement. Avec plus de confiance du coach, il montrera vite sa grande qualité de passe vers l’avant. Il se retient parfois alors que sa passe est souvent limpide. Avec un bloc équipe encore plus haut, il pourra même frapper au but. Un secteur déficitaire depuis bien longtemps au PSG. Avec Mbappé titulaire, l’équipe type est claire. Mais attention, Mbappé et Neymar ensemble, il faut que le travail collectif reste tout aussi dense! S’il tergiverse sur les cas Silva et Verratti, Tuchel fera un pas en arrière. Les choix forcés d’hier (Verratti suspendu et Silva blessé) doivent se transformer en choix assumé!

C’est avec cette "compo", et surtout cet esprit que le PSG pourra retrouver de grandes ambitions. Je plaide pour une mutation mentale à tous les étages du club et savoir que ça provoque la nausée chez beaucoup de monde doit servir de moteur. Pas de souci, les sacs à vomi, ça coûte pas cher. 

Daniel Riolo