RMC Sport

FC Séville-OL : deux supporters lyonnais blessés, quatre autres interpellés après des incidents

Des supporters de l'OL à Séville

Des supporters de l'OL à Séville - AFP

Des incidents ont éclaté entre des supporters lyonnais et la police espagnole avant le coup d’envoi du match de Ligue des champions entre le FC Séville et l’OL (1-0), ce mardi. Six supporters lyonnais ne sont pas montés dans l'avion du retour : deux ont été blessés, quatre ont été interpellés.

L’avant-match de FC Séville-Lyon (1-0) a été agité, puisque des incidents ont éclaté entre des supporters lyonnais qui avaient fait le déplacement en Andalousie et la police espagnole. Six supporters lyonnais ne sont pas montés dans l'avion du retour : deux ont été blessés (clavicule, suspicion de traumatisme crânien), quatre ont été interpellés.

« Agression incompréhensible des gardes mobiles espagnols sur nos supporters, a tweeté Jean-Michel Aulas, le président lyonnais. Des images ignobles d’agents et leurs matraques. Des photos dramatiques prises par le délégué UEFA montrent la garde espagnole matraquant nos supporters. Ignoble. »

A lire aussi >> Les tops et les flops de Séville-OL : l'efficacité de Ben Yedder, la fébrilité de la défense lyonnaise... 

Le dossier entre les mains de l'UEFA

Sur des vidéos circulant sur les réseaux sociaux, on peut voir plusieurs supporters de l’OL se battre avec des officiers de police qui donnent des coups de matraque, puis des affrontements entre ces supporters et les forces de l’ordre, juste avant l’entrée dans le stade. 

Des représentants de l’OL sont restés après au stade après le match afin de faire constater par l’UEFA ce qu’il s’est passé. Selon les premiers éléments, les supporters lyonnais étaient seulement en train de chanter quand, d’un coup, la police espagnole a chargé. Le matin, la police espagnole n'avait pas assisté à la réunion avec les clubs et l'UEFA, qui a désormais le dossier entre les mains. 

A lire aussi >> Ligue des champions, en vidéo : un délicieux Borussia-Real, un éclatant Copenhague

la rédaction avec EJ