RMC Sport

Guardiola s'énerve : « Regardez-moi quand je vous parle ! »

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Un nul 1-1 à l’extérieur en quart de finale aller de C1. Voilà un résultat qui mettrait de bonne humeur n’importe quel coach. Mais pas l’entraîneur du Bayern Pep Guardiola qui s’est pris le bec avec un journaliste en conférence de presse après la rencontre.

Pep Guardiola n’est pas du genre à monter dans les tours. Calme, posé, élégant, le costume trois pièces toujours bien repassé et le regard déterminé, le Catalan va à son rythme, de succès en succès. Récemment, il a même ajouté l’humour à un arsenal rhétorique somme toute assez classique, expliquant, en conférence de presse, combien il lui était difficile de parler tactiques avec son épouse. « Ma femme Cristina se plaint souvent de mes tactiques. Elle n’arrête pas de me dire que je devrais conserver les joueurs ayant gagné le match précédent (…) Lui expliquer mon système de rotation est bien plus difficile que d’expliquer à Arjen Robben qu’il devra se contenter d’une place sur le banc ». Amusant.

Sauf que, comme tous les grands calmes, quand Pep s’énerve, cela se remarque plus. Et c’est ce qu’il s’est passé mardi soir, lors de la conférence de presse d’après-match, suite au nul 1-1 concédé par Manchester United face à son Bayern à Old Trafford en quart de finale aller de Ligue des champions. Au moment d’évoquer la stratégie défensive, assez simple, mise en place par son homologue David Moyes, le technicien bavarois est entré dans les détails. « Ce n’est pas facile quand vous voulez avoir le contrôle du ballon et qu’il y a 8 ou 9 joueurs adverses dans la surface adverse. Pas si facile. Mais nous avons contrôlé le match. » Entre en scène Jamie Jackson, journaliste au Guardian, qui demande alors à Guardiola son interprétation des intentions de jeu d’United ce mercredi soir. Le dialogue qui suit est retranscrit, sur le site web du Guardian, par Jackson lui-même et narré à la première personne. L'occasion de mélanger conversations footballistiques et références à Taxi Driver de Martin Scorsese.

L'échange houleux en question :

Moi (Jackson) : « pensez-vous que MU ait été un peu négatif par sa façon de surpeupler sa défense ? »

Guardiola : « Nein, nein, nein »

Moi (Jackson) : « C’est un peu l’impression que ça donne… Pensez-vous que ce soit négatif (une façon de jouer négative ndlr), ils sont à domicile et 20 fois champions d’Angleterre ? »

Guardiola (s’énerve un peu) : « Je n’ai pas dit ça »

Moi (Jackson) : « Non, je vous demande votre opinion »

Guardiola : « Je n’ai pas dit ça, je ne l’ai pas dit »

Moi (Jackson) : « Ok »

Guardiola : « Je n’ai pas dit ça. Il (Moyes) est mon collègue. Je respecte mes collègues et mes collègues peuvent jouer comme… regardez-moi quand je vous parle »

Remarque de Jackson dans son article : A ce moment-là, il semblerait que j’ai regardé ailleurs, ce qui l’a énervé.

Moi (Jackson, qui se dit surpris) : « C’est à moi que vous parlez ? »

Guardiola : « Ouais, regardez-moi quand je vous parle »

Moi (Jackson) : « Ouais ok, je vous regarde »

Guardiola : « Ouais ! »

Moi (Jackson qui explique souhaiter que "la courtoisie soit à double sens") : « Me regardez-vous ? »

Guardiola : « Ouais »

Moi (Jackson, riant) : « C’est comme dans Taxi Driver ce truc »

Guardiola : « Non, mais je vous parle et vous ne me regardez pas, donc j’essaye d’expliquer »

Moi (Jackson) : « Calmez-vous, calmez-vous »

Guardiola : « J’essaye d’expliquer. J’essaye d’expliquer »

La conversation change alors de sujet et tout est oublié pour un instant. Jusqu’à ce que le site de Bild n’en fasse sa une. Conclusion, Guardiola a certes changé le Bayern, mais le Bayern aussi a un peu changé Guardiola.

-
- © Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

La raison de la référence (plutôt bien trouvée) à Taxi Driver

A lire aussi : >> PSG-Chelsea : l'avant-match en direct >> Le Bayern prend une option >> MU-Bayern : les notes

Raphaël Cosimano