RMC Sport

Larqué : "Al-Khelaïfi ne peut pas fermer les yeux sur Thiago Silva"

Jean-Michel Larqué

Jean-Michel Larqué - -

Battu à Barcelone ce mercredi (3-1), le PSG a affiché des failles défensives inquiétantes. Jean-Michel Larqué pointe notamment du doigt la performance de la charnière David Luiz-Thiago Silva, qu’il ne juge pas au niveau pour espérer remporter la Ligue des champions.

« Comment obtenir un résultat positif quand on prend trois buts à l’extérieur ? C’est impossible. Contre des équipes plus modestes, le PSG prenait régulièrement un but, voire deux. Contre une équipe de talent, elle en a pris trois. Cette faiblesse défensive est à mes yeux un handicap insurmontable pour aller très loin dans cette compétition. Sur le troisième but, je veux bien qu’on m’explique comment quelqu’un qui est à terre (Suarez) se retrouve plus vite devant le but que quelqu’un qui est debout (David Luiz). Il y a un petit problème de réactivité dans cette défense centrale et c’est rédhibitoire.

On discute de Thiago Silva mais on sait pertinemment que ce garçon-là, sur le plan mental, a quand même des problèmes. Si pleurer sur son passé est son fonds de commerce, ça ne peut pas marcher. Un footballeur, je vous assure, ne rêve que d’une chose quand ça s’est mal passé le dimanche, c’est de rejouer pour oublier. Lui, on a l’impression qu’il ressasse tout. A un moment donné, Nasser Al-Khelaïfi va être rattrapé par la réalité des choses. Il ne peut pas, aujourd’hui, fermer les yeux sur un joueur qui depuis le mois d’avril est très moyen, même très mauvais par rapport à ce qu’il est capable de faire.

« David Luiz ? Mourinho avait des arguments »

Sur David Luiz, je trouve plutôt que c’est satisfaisant. Mais il y a paraît-il un entraîneur qui a un palmarès exceptionnel, qui s’appelle Mourinho, qui l’a laissé partir et qui ne l’a jamais fait jouer en défense centrale à Chelsea. Je pense que Mourinho connaît un peu le football et que s’il a pris cette décision, c’est qu’il avait des arguments. Je veux bien tout ce qu’on veut sur David Luiz et Thiago Silva, mais entre l’un qui est encore au poteau de corner en train de pleurer sur la séance de penalties (référence à la séance de tirs au but du 8e de finale de la Coupe du monde entre le Brésil et le Chili, avant laquelle Thiago Silva avait fondu en larmes, ndlr) et l’autre qui est plutôt un milieu de terrain à mes yeux, on a une défense centrale qui n’est pas la clé de voûte de cette équipe. »