RMC Sport

Les très mauvaises stats de l’OM en Ligue des champions

L’OM a subi un nouveau revers en Ligue des champions en s’inclinant face à Porto, mercredi au Vélodrome (0-2). Après quatre journées, les Marseillais, qui n’ont toujours pas marqué, enregistrent le pire parcours des clubs engagés dans la compétition.

Le grand retour est en train de virer au cauchemar. Sept ans après sa dernière campagne, l’OM traverse ce début de Ligue des champions dans une souffrance absolue. Après quatre journées, les joueurs d’André Villas-Boas n’ont pas décroché le moindre point. Bons derniers de leur groupe, avec quatre défaites au compteur, ils ont encaissé neuf buts sans en inscrire un seul. Battus face à l’Olympiacos (1-0), Manchester City (0-3) et Porto, par deux fois (3-0, 0-2), les partenaires de Dimitri Payet enregistrent le pire parcours des équipes engagées dans la compétition.

Tout le monde a marqué au moins une fois, à l’exception des Marseillais, qui affichent le plus faible total de frappes cadrées (six en quatre matchs). Opta note que l’OM est également la seule formation à compter plus de cartons rouges (expulsion de Leonardo Balerdi contre Porto) que de buts inscrits. Une situation humiliante qui restera dans les annales. En s’inclinant une deuxième fois contre les Dragons de Sergio Conceiçao, Marseille a enchaîné sa treizième défaite consécutive en Ligue des champions (depuis 2012). Du jamais vu dans l’histoire de la C1.

"Ça peut laisser des traces", redoute Villas-Boas

"On a touché le fond, constate Villas-Boas. Tout sort mal à ce moment-là. C’est le moment d’être à côté de mes joueurs, de les supporter, de leur donner de la force et de la confiance pour la suite." Une suite difficile à appréhender après une telle déconvenue, même si l’OM peut encore accrocher une place en Ligue Europa en cas de bonne performance face à l’Olympiakos mardi prochain (21h sur RMC Sport 1). "Oui, ça peut laisser des traces, ça peut arriver, reconnaît l’entraîneur olympien. Pour le moment, ce n'est pas encore le cas, notre parcours en championnat reste bon et intact. Mais à chaque fois, c'est plus dur encore".

AJ