RMC Sport

Ligue des champions: éliminé contre Porto, l'OM prolonge le cauchemar

Encore muet offensivement, et plombé par une erreur de Balerdi en seconde période, l'OM s'est incliné ce mercredi soir face à Porto en Ligue des champions (2-0), officialisant ainsi son élimination. C'est sa 13e défaite de suite dans la compétition. Un triste record.

Trois plus six, et quatre, qui font treize. Le compte est bon. Ou plutôt il est très mauvais. Battu par le FC Porto ce mercredi soir en Ligue des champions (2-0), l’Olympique de Marseille est tristement entré dans l’histoire de la compétition, en devenant la première équipe à y concéder treize défaites consécutives. C’est pire que les Belges d’Anderlecht, "bloqués" à douze revers de rang entre 2003 et 2005, et que quiconque dans la C1 depuis sa réforme en 1992.

Ah oui, l’OM est éliminé, aussi. Désormais distancé de douze points par Manchester City (qui a battu l’Olympiacos 1-0), et de neuf points par Porto, le club phocéen ne peut viser, au mieux, que la troisième place. Pour décrocher ce strapontin vers la Ligue Europa, il faudra pour cela faire un résultat face à l’Olympiacos, la semaine prochaine. Mais à ce rythme-là, rien n’est moins sûr.

>>> Abonnez-vous à RMC Sport et profitez de la Ligue des champions

Toujours pas de but après quatre matchs

Lors du déplacement au Portugal il y a trois semaines (3-0), l'OM avait été assommé par un but de Marega dès la 4e minute de jeu, avant que Payet ne manque un penalty dans la foulée. Cette fois, il a tenu jusqu'à la 39e avant de craquer. Jusqu'à ce que le latéral nigérian Zaidu profite d'un cafouillage et de la passivité olympienne sur un corner, pour tromper Mandanda en deux temps (1-0).

Avant cela, les hommes d'André Villas-Boas avaient réussi un début de match à peu près correct, avec tout de même un gros point noir, toujours le même: cette inefficacité offensive chronique. Pour tenter de débloquer le compteur, AVB a pourtant titularisé Germain à la place de Benedetto, et Luis Henrique - une grande première - à la place de Payet.

Mais le premier a été trop discret, et le second, à l'exception d'une jolie remise en talonnade dans la surface, n'a pas touché suffisamment de ballons pour s'illustrer. Le constat est le même pour Thauvin. Après quatre journées, l'OM n'a donc toujours pas marqué dans la compétition. Là encore, personne n'a fait aussi mal cette saison.

Balerdi a privé l'OM potentielle fin de match à suspens 

L'autre problème est relatif à l'attitude des Marseillais. Menés à la pause, on aurait pu imaginer Kamara et ses copains revenir sur la pelouse le couteau entre les dents, déterminés à sauver l'honneur face à une équipe portugaise plutôt médiocre et passive (peut-être volontairement). Mais non, rien n'est venu de la part des titulaires.

Entrés à l'heure de jeu, Payet et Benedetto ont tenté d'animer un peu les débats, et l'Argentin a provoqué quelques minutes plus tard l'expulsion de Grujic (67e). Mais évidemment, l'OM n'a pas su profiter de sa supériorité numérique, puisque sur l'action suivante, Balerdi - préféré à Caleta dans le onze de départ - a fait d'une pierre deux coups, penalty-deuxième jaune, sur une catastrophique intervention sur Marega dans sa surface (70e). Et Sergio Oliveira ne s'est pas fait prier pour doubler la mise (2-0). Le "cauchemar européen", comme l'a surnommé l'entraîneur marseillais, va se poursuivre deux semaines de plus.

CC