RMC Sport

Ligue des champions: l’UEFA avait programmé son message blâmant les supporters de Liverpool

Selon The Guardian, le message de l’UEFA reprochant aux supporters d’avoir causé le report du coup d’envoi de la finale de la Ligue des champions, le 28 mai dernier au Stade de France, avait été rédigé bien avant le match.

L’UEFA avait anticipé d’éventuels accrocs en marge de la finale de la Ligue des champions, bien avant le match entre Liverpool et le Real Madrid (0-1), le 28 mai dernier. Et l’instance avait visiblement des coupables tout trouvés: les supporters de Liverpool. Selon The Guardian, la déclaration de la confédération européenne reprochant aux supporters de Liverpool d'avoir retardé le début de la finale de la Ligue des champions à Paris avait été préparée longtemps avant le jour du match. Le communiqué, diffusé sur grand écran au Stade de France, annonçait qu'un report du coup d'envoi prévu à 21 heures avait été causé par "l'arrivée tardive des supporters".

La déclaration accusant l'arrivée tardive des supporters a été décidée lors des étapes de planification du match

Le message a exaspéré les fans des Reds, dont des milliers étaient toujours coincés dans des files d'attente chaotiques à l'extérieur du stade malgré leur arrivée sur place plusieurs heures en amont. Environ 15.000 supporters de Liverpool avaient été retenus dans un goulot d'étranglement à un point de contrôle des billets entre la sortie des transports en commun et l’arrivée au stade. Plusieurs d’entre eux se sont ensuite vu refuser l'accès au stade aux tourniquets fermés par les stewards et la police.

Selon le quotidien britannique, la déclaration accusant l'arrivée tardive des supporters a été décidée lors des étapes de planification du match, comme celle susceptible d'être utilisée en cas de coup d'envoi devant être retardé. À la fin du match, l'UEFA a fait une deuxième déclaration, blâmant "des milliers de fans" à Liverpool avec de "faux billets" pour le retard du coup d'envoi.

Après le fiasco de l’organisation, le préfet de police mais aussi le ministre de l’Intérieur, Gérard Darmanin, avaient également blâmé les fans anglais, suscitant l’indignation. Une enquête sénatoriale avait ensuite pointé les nombreux dysfonctionnements des forces de sécurité. En plus de chaos généré par la mauvaise gestion du maintien de l’ordre, de nombreuses violences et vols avaient aussi été commis sur des supporters anglais et espagnols.

Selon Le Parisien, 245 plaintes ont été déposées depuis la finale. Une cellule de 12 enquêteurs vient d’achever l’étude de nombreuses vidéo-surveillance et auraient été estomaqués par le nombre d’agression et leur degré de violences pour certaines. "À part être bourrés, les Anglais sont restés corrects, explique un policier présent sur place au Parisien. On a tout de suite compris ce soir-là que le problème ne viendrait pas des supporters mais de gens de chez nous qui étaient venus pour se faire du fric."

NC