RMC Sport

Ligue des champions: le Camp Nou exulte sur le but de l’Ajax qui élimine la Juve

Tranquille face à Manchester United (3-0), le Barça s’est qualifié pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la première fois depuis 2015. Dans les tribunes, on a aussi fêté le but de la victoire de l’Ajax face à la Juventus.

Les supporters du Barça avaient une oreille à Turin, pendant la réception de Manchester United ce mardi soir au Camp Nou. Parce que c’était la Juventus, également candidate au sacre en Ligue des champions. Parce que c’était Cristiano Ronaldo, l’ex-rival madrilène qui restait sur trois victoires en finale. Parce que c’était aussi l'Ajax de leur regretté maître Johan Cruyff et de Frenkie de Jong, leur future étoile du milieu de terrain. Alors quand la qualification de leur équipe était pliée, que le doublé du génie Lionel Messi et le bijou de Philippe Coutinho avaient déjà été fêtés, les Catalans ont exulté pour… le but de l’Ajax qui a éliminé la Juventus sur ses terres ce mardi en Ligue des champions.

Matthijs de Ligt, le défenseur amstellodamois déjà patron à 19 ans, s’est envolé au-dessus de la Vieille Dame pour envoyer sa jeune troupe au talent XXL en demi-finales (1-2, 1-1 à l’aller). Au Camp Nou, la nouvelle de ce but a été accueillie bruyamment, avec des applaudissements nourris et de grands sourires, pendant que les yeux étaient tournés vers l'écran géant. Les supporters du Barça ont sûrement dû penser à cet instant que la Juve et Cristiano Ronaldo, qui pouvaient leur faire peur, s’écartait de la route vers le titre suprême à Madrid le 1er juin.

La menace Ronaldo écartée

La Vieille Dame était un adversaire potentiel en finale, pas en demi-finales, où le Barça se frottera sans doute à Liverpool, vainqueur 2-0 à l’aller face au FC Porto, avec match retour à Anfield. Les supporters du Barça ont peut-être aussi songé fortement à l’avenir de Matthijs de Ligt, qui pourrait suivre Frenkie de Jong, dont le transfert vers le club catalan est déjà bouclé (75 millions d’euros). Quoi qu’il en soit, au Camp Nou, l’humeur était légère et joyeuse. En Ligue des champions, cela le faisait quatre ans que le dernier carré refusait d’ouvrir ses portes au Barça.

LP