RMC Sport

Ligue des champions: Leipzig s'envole, Tottenham et Mourinho à la trappe

Dépassé dans le jeu, pas à la hauteur dans l'attitude, Tottenham s'est encore incliné face à Leipzig (3-0), ce mardi soir en huitième de finale retour de Ligue des champions. Les hommes de Mourinho sont condamnés à une triste fin de saison, alors que ceux de Nagelsmann découvriront les quarts de C1 pour la toute première fois.

On ne saura jamais ce qu’aurait fait une équipe de Tottenham dirigée par Mauricio Pochettino dans ce huitième de finale de Ligue des champions, mais, sans trop se mouiller, on peut considérer qu’elle n’aurait pas fait pire que celle de José Mourinho… Neuf mois après avoir atteint la finale de la C1 au terme d’une folle épopée, les Spurs sont cette fois sortis par la petite porte de la compétition, battus ce mardi soir par un enthousiasmant et généreux Leipzig (3-0), qui verra les quarts pour la première fois de sa jeune histoire.

>>> Cliquez ici pour vous abonner à RMC Sport et profiter en exclusivité de la Ligue des champions

Sabitzer, capitaine exemplaire

Déjà dominé à l’aller à Londres, et presque heureux de s’en sortir avec une petite défaite (1-0), Tottenham se devait d’être revanchard en Allemagne, et surtout plus dangereux. Il n’en a rien été. Alors oui, les Spurs étaient privés d’une ribambelle de cadres (Kane, Son, Sissoko, Sanchez…), et leur deuxième période a été moins indigeste, mais le onze de départ proposé par le Special One n’a quasiment pas vu le jour avant la pause, dépassé sur le plan technique – c’est fréquent – et même dans les intentions, dans la combativité – ce qui l’est moins.

En face, le RB Leipzig, poussé par ses 40.000 fans, n’a eu qu’à réciter son football: impeccable dans les transitions, capable d’aller de sa surface à celle des adversaires en trois passes et à peine plus de secondes, la formation de Julian Nagelsmann a fait vivre un petit calvaire aux joueurs de couloirs de Tottenham, à l’image de Serge Aurier, passé au travers sur le deuxième but du capitaine Marcel Sabitzer. A la 10e, le milieu autrichien a d’abord profité d’une frappe contrée de Werner (et de la passivité anglaise) pour trouver la faille du droit, à 20 mètres des cages (1-0), et une dizaine de minutes plus tard, il a cette fois coupé de la tête, au premier poteau, un centre d’Angelino pour déjà plier l’affaire (2-0, 22e). Forsberg a ensuite corsé l'addition dans les derniers instants (3-0, 87e).

Une soirée moyenne pour Lloris, mais un très bon Mukiele

Comme souvent en Ligue des champions, ce huitième de finale retour a aussi été l’occasion de voir quelques Français à l’œuvre. Qui n’ont évidemment pas tous vécu la même soirée… Du côté de Tottenham, Hugo Lloris, sans faire de réelle boulette, n’a pas été irréprochable sur les deux premiers buts: d’abord un peu court sur sa droite, puis surpris dans le côté fermé. Vivement critiqué par Mourinho le week-end passé, Tanguy Ndombele n’est même pas entré en jeu.

Au sein du RB Leipzig, Dayot Upamecano a été relativement solide derrière, bien que plusieurs fois proche du carton. Assez discret, Christopher Nkunku a lui été remplacé à l’heure de jeu. Finalement, c’est Nordi Mukiele qui a été le Tricolore le plus intéressant sur la pelouse de la Red Bull Arena. Dans un rôle de piston dans le couloir droit, offensif mais consciencieux dans le repli, l’ancien Montpelliérain a grandement contribué à la belle première période des siens. Malheureusement, il a dû sortir à la 55e sur civière… après avoir pris le ballon dans la figure.

CC