RMC Sport

Ligue des champions: Lille déçoit contre Séville, mais reste dans le coup pour la qualification

Incapable de faire mieux qu'un triste nul ce mercredi face au FC Séville (0-0) à domicile, Lille peut pourtant continuer à croire à la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Mais le champion de France devra faire beaucoup mieux lors de la phase retour.

Que c’est long, neuf ans. Depuis un 2-0 glané sur la pelouse du BATE Borisov un soir de novembre 2012, quand Rudi Garcia était encore sur le banc, Lille n’a plus goûté à la victoire dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. Cette série interminable s’est encore étirée ce mercredi puisque les Dogues n’ont pas fait mieux qu’un triste nul (0-0) face au FC Séville, à l’occasion de la troisième journée de la phase de groupes de la Ligue des champions. Accrochés auparavant par Wolfsburg (0-0), puis dominés par Salzbourg (2-1), ils sont paradoxalement toujours en course pour la qualification pour les huitièmes de finale. Même avec seulement deux points au compteur. Car derrière Salzbourg (7 points), le trio Séville (3 pts)-Lille (2 pts)-Wolfsburg (2 pts) se tient en une unité.

Grbic pas rassurant, Renato pas assez tueur

Le suspense reste donc entier dans ce groupe G. Mais il faudra que les champions de France en titre élèvent sérieusement leur niveau pour espérer atteindre le prochain tour. Encore une fois pâlichons, comme samedi à Clermont (défaite 1-0), les hommes de Jocelyn Gourvennec n’auront presque rien montré offensivement à Pierre-Mauroy. Les plus optimistes diront qu’ils ont eu le mérite de ne pas céder face au troisième de Liga. Les autres retiendront leurs grosses difficultés à produire du jeu, à se créer des occasions, à mettre le feu dans une défense orpheline de son roc Jules Koundé. Pour son retour dans le onze, Burak Yilmaz n’a pas ménagé ses efforts devant. Mais il lui a manqué une bonne dose de précision. Comme son acolyte Jonathan David. Comme Jonathan Bamba. Comme Renato Sanches, pas assez tueur sur un face-à-face avec le portier marocain Yassine Bounou (27e).

Une des rares occasions des Lillois, qui n’ont pas non plus affiché une grande sérénité dans leur camp. En particulier Ivo Grbic. Le portier croate, arrivé cet été de l’Atlético, a bien failli plomber les siens avec une relance totalement manquée. Son erreur a été effacée dans la seconde suivante par Tiago Djalo, venu jouer les sauveurs en renvoyant la tentative de Rafa Mir devant sa ligne (20e). A part ça ? Rien, ou presque. Beaucoup de prudence de chaque côté. Beaucoup de déchet technique, aussi. Malgré le soutien de plus de 35.000 spectateurs et les changements opérés en seconde période par Gourvennec, le Losc n’est jamais parvenu à faire sauter le verrou sévillan. Il a deux semaines pour trouver comment y parvenir avant de se rendre à Sanchez Pizjuan pour le début de la phase retour.

>> Abonnez-vous pour regarder la Ligue des champions avec le pack Sport RMC Sport + beIN Sports

https://twitter.com/rodolpheryo Rodolphe Ryo Journaliste RMC Sport