RMC Sport

Ligue des champions: Nkunku, Simakan, Mukiele… où en sont les Français de Leipzig

Le RB Leipzig se déplace sur la pelouse du Paris Saint-Germain en Ligue des champions ce mardi (21h, en direct sur RMC Sport 1), et devrait pouvoir compter sur ses trois Français, en forme cette saison.

Mohamed Simakan, le successeur

Courtisé notamment par l'AC Milan, le jeune défenseur français (21 ans) a finalement choisi de rejoindre Leipzig pour cette saison, dès mars, peut-être inspiré par la réussite de ses pairs, notamment celle de Dayot Upamecano. En défense centrale, au côté du pilier Willi Orban (au club depuis 2015), le Français de 21 ans s’est rapidement imposé comme le successeur de son coéquipier en sélection.

Mohamed Simakan est pour l'instant titulaire, lui qui réalise jusqu’à présent "une excellente saison", selon son entraîneur Jesse Marsch. L'ancien strasbourgeois n'a pas encore les références de Dayot Upamecano, mais il enchaîne depuis le début de la saison. Rapide et efficace dans les duels lors de ses premières sorties, Simakan doit encore discipliner un jeu trop brouillon, comme en témoigne sa dernière prestation sur le terrain de Fribourg, où il s’est un peu oublié, parfois.

"Pas toujours habile dans les duels", l’ancien défenseur du Racing Club de Strasbourg a hérité de la note de 3 dans les colonnes du quotidien Leipziger Volkszeitung. Simakan n’en demeure pas moins l’un des patrons d’une défense du RB Leipzig qui encaisse trop de buts. Il est surtout le joueur qui a remporté le plus de duels dans le championnat allemand (113).

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder PSG-Leipzig en Ligue des champions

Nordi Mukiele, une trajectoire linéaire

Nordi Mukiele (23 ans) s’affirme tout doucement comme l’un des meilleurs joueurs à son poste de latéral droit. Suivi de près par Didier Deschamps et son staff depuis un bout de temps, le défenseur de 23 ans a disputé en septembre ses premières minutes de jeu avec l’équipe de France. Une récompense logique pour ce joueur qui a su canaliser un tempérament fougueux pour s’épanouir dans le cadre que lui proposait Leipzig.

"Nordi, je le connais depuis trois ans. Ce n’était pas un enfant, mais aujourd’hui, c’est un homme. J’ai été très fier quand il a joué en sélection, s’est réjoui Jesse Marsch. On en a parlé quand il est revenu. Il m’a dit qu’il avait beaucoup appris avec tous ces grands joueurs autour de lui. C’est extraordinaire de devenir international français. Et nous aurons besoin de lui demain." Le coach de Leipzig aura en effet besoin de lui pour défendre très dur face à l’armada parisienne, et contrer la vitesse de Kylian Mbappé.

Tout n’a pas toujours été simple et fluide pour Mukiele depuis son arrivée, il a même connu des passages sur le banc la première année. Défenseur musculeux, véloce et rapide, Mukiele a su néanmoins développer sa culture tactique au contact de Julian Nagelsmann, et dispose à présent de solides repères au poste de latéral droit, dans une défense à quatre ou à cinq. Pas toujours heureux dans ses interventions défensives, à l’image de celle qu’il rate lors de la première journée, offrant l’unique but du match à Mayence, ou d’un but contre son camp face à Manchester City, Nordi Mukiele a connu un début de saison délicat. Mais il a su rectifier le tir, et reste un sacré client.

Christopher Nkunku, le tueur

Tout a été dit à son sujet ces dernières semaines. Facteur incroyable de réussite pour son équipe, avec huit buts en cinq matches toutes compétitions confondues, avant de rencontrer Fribourg, où il a replongé comme le reste de l’équipe dans une forme de léthargie, entre ombres et lumières, Christopher Nkunku (23 ans) a franchi un palier cet été. Sur le mois qui vient de s’écouler, l’ancien Parisien a inscrit huit buts, donc, dont la moitié en Ligue des champions, réalisant deux doublés consécutifs en Bundesliga, après un triplé contre Manchester City, passé presque inaperçu.

Le jeune attaquant est l’un des plus décisifs en Europe, et cela ne doit rien au hasard. Nkunku a énormément travaillé cet été, pour gagner des kilos en masse musculaire et se bétonner la tête, devenant un tueur né. Une mentalité qui s’est traduit à l’entraînement par un coup de sang qui a déclenché la colère de son entraîneur, après une défaite lors d’une opposition. Christopher Nkunku est animé par la haine de la défaite. Leipzig n’est pas dans la même forme collective que ces dernières années, Jesse Marsch n’a pas encore trouvé le bon équilibre, mais Christopher Nkunku reste une "menace", prévient d’ailleurs le Leipziger Volkszeitung.

QM