RMC Sport

Ligue des champions : pourquoi c’est plus qu’un match pour Monaco

-

- - AFP

Vainqueur à l’aller (2-1), Monaco reçoit Villarreal ce mercredi en barrage retour de la Ligue des champions (20h45). Un rendez-vous capital pour l’ASM mais aussi pour le football français. On vous explique pourquoi.

Parce que ça rapporte gros

A Monaco, l’argent n’est pas tabou. Dans la vie comme en football. Au-delà de l’aspect sportif, ce match revêt une importance capitale financièrement. La qualification pour la phase de groupes de la Ligue des champions assurerait une prime de 12 millions d’euros à l’ASM, à laquelle il faudrait ajouter 1,5M par victoire et 500 000 euros par match nul. Tout cela sans prendre en compte les revenus liés aux droits TV. Lors de son parcours jusqu’en quarts de finale il y a deux ans, Monaco avait touché 52,5 millions au total.

A lire aussi >> Mercato : Drogba, Balotelli, Quaresma... les infos de ce mardi matin

Parce que ça peut permettre de garder ses meilleurs joueurs

En cas de qualification, Monaco aura des arguments financiers intéressants pour recruter de nouveaux joueurs si besoin, mais aussi pour conserver ceux déjà présents dans l’effectif. Le challenge sportif pourrait aussi permettre à l’ASM de convaincre ses joueurs les plus courtisés de rester une saison de plus au club. Annoncés sur le départ, Fabinho et Joao Moutinho pourraient, par exemple, se laisser convaincre par un nouvel exercice sur le Rocher avec la Ligue des champions.

A lire aussi >> Mercato : ça bouge pour Stambouli et Sirigu 

Parce que la France en a besoin pour son indice UEFA

Il n’aura peut-être pas une écharpe rouge et blanc autour du cou ce mercredi soir, mais il n’en sera pas très loin. Conscient de l’importance de ce match pour le football français, Jean-Michel Aulas pousse à fond derrière Monaco pour ce barrage retour. « On soutient complètement le parcours de Monaco, a déclaré le président lyonnais dans L’Equipe. C’est l’année où le foot français peut faire la différence avec la Russie et le Portugal. » En jeu, la place de cinquième au classement UEFA, cruciale pour que la France ait plus de chances d’avoir trois clubs en phase de poules de la C1 dans le futur. Actuellement cinquième avec 44 415 points, la France peut creuser l’écart sur ses poursuivants, la Russie (43 232 points) et le Portugal (42 999 points)

Parce que ça fait longtemps qu’il n’y a pas eu trois clubs français en Ligue des champions

Deux clubs français c’est bien, mais trois ce serait mieux. Pour animer encore plus nos mardi et mercredi, Monaco ne serait pas de trop pour accompagner le PSG et Lyon. Un trio qui, en plus, pourrait nourrir de belles ambitions. Pour trouver la trace de trois clubs français présents la même année en phase de poules, il faut remonter à la saison 2012-2013 (Montpellier, PSG, Lille). Ça fait trop longtemps. Monaco doit y remédier.

A lire aussi >> La patte gauche de Boschilia, les courses d’Harit : les tops et flops de Nantes-Monaco