RMC Sport

Ligue des champions: "Villas-Boas a payé la facture", s'amuse la presse portugaise après Porto-OM

La presse sportive portugaise s'emballe pour le sursaut enthousiasmant de Porto face à l'OM mardi en Ligue des champions (3-0) après de récents résultats décevants en championnat.

André Villas-Boas a vécu un retour douloureux dans un stade et une ville qu'il aime tant. L'équipe qu'il entraîne, l'OM, s'est lourdement incliné sur le terrain du FC Porto (3-0), son club de coeur qu'il a déjà entraîné et dont il rêve de prendre la présidence. Avant son gros coup de gueule en conférence de presse sur la prestation indigente de ses joueurs, le technicien portugais était apparu sonné sur son banc de touche. 

-
- © -
-
- © -

S'il a ouvert les quotidiens sportifs portugais ce mercredi matin, Villas-Boas a reçu un nouveau coup derrière la tête. Ceux-ci saluent massivement le sursaut brutal de l'équipe de Sergio Conceiçao, après un départ mitigé en Primeira Liga avec une dernière défaite en date face à Paços de Ferreira (3-2). Ils ne se privent pas de souligner que ce réveil intervient face à un ancien banc de leur banc. 

-
- © -

"Les Dragons semblent se transformer en Europe", salue A Bola. "La Ligue des champions est un autre jour", clame O Jogo qui se réjouit de cette performance qui a "séché Villas-Boas". Record fait son titre sur le technicien portugais: "Villas-Boas paie la facture". 

Le communiqué des South Winners et les propos fort d'AVB à l'issue de la rencontre sont les sujets concernant l'OM qui reviennent le plus sur les site sportifs ce mercredi matin. 

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

La presse portugaise évoque aussi les déclarations de Sergio Conceiçao, se réjouissant de la tactique payante de son équipe qui avait ciblé un point faible de l'OM: la difficulté des milieux et attaquants à suivre les latéraux adverses. Mais ce sont surtout ses déclarations sur Moussa Marega qui retiennent l'attention. L'ancien entraîneur de Nantes a salué l'apport de son attaquant, natif des Ulis. 

"Au Portugal, il y a une habitude de mettre des étiquettes et vous considérez Marega comme un joueur qui n'est techniquement pas bon, a-t-il pesté. Mais nous parlons de quelqu'un qui en trois ans a marqué 70 buts pour moi au championnat et qui marque tous les deux matchs en Ligue des champions. Et ce n'est pas le championnat de la République dominicaine. Je vois souvent des joueurs critiqués parce qu'ils ne sont pas des phoques de cirque. Je ne veux pas de phoques de cirque ou de jongleurs. Je veux des joueurs de football."

NC