RMC Sport

Lille-Wolfsburg: pourquoi les Loups de van Bommel sont un gros morceau

Le Losc accueille le VfL Wolfsburg, ce mardi, en ouverture de la Ligue des champions (21h sur RMC Sport 1). En tête de la Bundesliga, les joueurs de Mark van Bommel s’annoncent comme un adversaire particulièrement coriace. Avec leur jeu séduisant, leur buteur néerlandais et leur petit Français qui monte en défense.

Les plus sceptiques y voient une affiche de Ligue Europa, face à un adversaire sans grand prestige. Loin du standing de Chelsea, de la Juventus ou du Real Madrid. Mais ce match face à Wolfsburg a tout d’une illusion d’optique pour le Losc. A l’heure d’entamer sa campagne de Ligue des champions, le club nordiste va se frotter à l’une des équipes les plus séduisantes de ce début de saison, ce mardi au stade Pierre-Mauroy (21h sur RMC Sport 1).

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour voir Lille-Wolfsburg et les meilleures affiches de la Ligue des champions

Après quatre journées, les Loups sont en tête de la Bundesliga, avec 2 points d’avance sur le Bayern Munich. Forts du meilleur début de leur histoire en championnat (quatre succès de rang). Vainqueurs face aux promus Bochum (1-0) et Greuther Fürth (0-2), les joueurs de Mark van Bommel ont également dominé Leipzig (1-0) et le Hertha Berlin sur sa pelouse (1-2). Le tout en inscrivant six buts, pour un seul encaissé.

Le couac de la Coupe d’Allemagne digéré

De quoi permettre au coach néerlandais, arrivé cet été après une expérience mitigée au PSV Eindhoven, de réussir un départ canon en Basse-Saxe (au nord de l’Allemagne). De quoi gommer surtout une préparation difficile (cinq défaites en six matchs amicaux) et un énorme couac au premier tour de la Coupe d’Allemagne. Après s’être imposé 3-1 face au Preussen Münster, pensionnaire de D4, Wolfsburg a finalement été déclaré perdant (2-0). La faute à une improbable boulette de van Bommel, qui avait effectué six changements au lieu des cinq autorisés.

Depuis cette péripétie embarrassante, les "Wölfe" se sont largement repris. Et l’ancien milieu de terrain des Pays-Bas semble avoir trouvé la bonne formule. A la tête d’une formation qui avait déjà terminé 4e de la dernière Bundesliga (avec Olivier Glasner), le coach de 44 ans développe un jeu dynamique et attrayant. Pas forcément à l’image du rugueux récupérateur qu’il était à l’AC Milan ou au Barça il y a quelques années.

Lacroix confirme sa montée en puissance

Dans un système en 4-2-3-1, il s’appuie notamment sur trois Français. Josuha Guilavogui (7 sélections chez les Bleus), au club depuis 2016, fait partie de la rotation dans l’entrejeu. L’ancien Montpelliérain Jérôme Roussillon, recruté en 2018 (5 millions d’euros), occupe régulièrement le poste de latéral gauche. Mais la bonne surprise vient de Maxence Lacroix. Le défenseur central de 21 ans, arrivé de Sochaux l’an passé (5 millions d’euros), s’affirme comme l’un des cadres de ce Wolfsburg nouvelle version. Le natif de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) a disputé tous les matchs depuis la reprise. Une confirmation pour celui qui avait déjà participé à 36 rencontres lors de sa première saison outre-Rhin.

Pour faire la différence devant, le VfL s’appuie sur les talents de finisseur de Wout Weghorst. L’attaquant néerlandais d’1,97m (10 sélections, 2 buts), recruté à l’AZ Alkmaar en 2018, a marqué deux fois et délivré une passe décisive en quatre sorties. Il est sur sa lancée après un exercice 2020-2021 très prolifique (25 buts et 9 passes en 41 matchs). Autant dire que Wolfsburg se présente à Pierre-Mauroy en pleine confiance, pour son grand retour en Ligue des champions. Sa dernière épopée dans la compétition s’était soldée par un quart de finale perdu face au Real Madrid en 2016 (victoire 2-0 à l’aller, défaite 3-0 au retour).

Le souvenir douloureux de la bande à De Bruyne

Dans un groupe G très homogène, où figurent également le FC Séville et Salzbourg, les leaders allemands ont de quoi se montrer ambitieux. A condition de bien négocier ce premier déplacement dans le Nord, où Jocelyn Gourvennec les attend avec méfiance. "Ils sont très bien organisés, c'est une très bonne équipe qu’on reçoit. On veut être à la hauteur de l’événement", a expliqué l’entraîneur des champions de France en conférence de presse.

Dans une enceinte en partie clairsemée (30.000 places ont été vendues sur les 50.000 disponibles), les coéquipiers de Burak Yilmaz vont devoir être très solides pour ne pas rater leurs débuts en C1. Chiens contre Loups, l’opposition promet en tout cas d’être mordante. La dernière fois, elle avait accouché d’un 3-0 cinglant, fin 2014 en Ligue Europa, en faveur de la bande à Kevin De Bruyne. Les Lillois vont devoir sortir les crocs pour ne pas revivre une telle déconvenue.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport