RMC Sport

Mais qui est donc Ruben Loftus-Cheek, la nouvelle pépite de Mourinho à Chelsea ?

Ruben Loftus-Cheek

Ruben Loftus-Cheek - AFP

A 18 ans, l’Anglais Ruben Loftus-Cheek a fait ce mercredi ses grands débuts chez les pros avec Chelsea à l’occasion du match de poule de C1 contre le Sporting (3-1). Avant de recevoir des félicitations appuyées d’un certain José Mourinho. Portrait d’un possible futur crack.

Déjà 10 ans à Chelsea

José Mourinho a débuté son premier passage à Chelsea en 2004. La même année, un gamin de 8 ans, Ruben Loftus-Cheek, né dans le quartier londonien de Lewisham, débarque à l’académie du club londonien. Dix ans plus tard, le premier fait débuter le second chez les pros sous le maillot des Blues. A 18 ans. Une courte première – les sept dernières minutes du match de poule de Ligue des champions contre le Sporting Portugal (3-1) en remplacement de Cesc Fabregas, et avec le n°36 sur les épaules – plutôt réussie et qui en appelle bien d’autres.

Déjà des souvenirs américains

Passé par toutes les équipes de jeunes de Chelsea depuis les U8, Loftus-Cheek avait pu savourer un avant-goût des joies de l’équipe première en mai 2013. Âgé de 17 ans, il avait alors été invité à voyager avec les pros pour une tournée aux Etats-Unis et deux matches contre Manchester City. Titulaire les deux fois, il avait plutôt impressionné les observateurs – prenant notamment le meilleur sur Yaya Touré dans les duels physiques à plusieurs reprises – avant de se blesser au cours de la seconde rencontre.

Déjà un doublé en poche

Si José Mourinho n’a remporté aucun trophée avec Chelsea depuis son retour à l’été 2013, le technicien portugais aura eu l’occasion de voir Loftus-Cheek en soulever au moins deux dans l’intervalle. Un superbe doublé réussi l’an dernier avec les U21 des Blues. Auteur du penalty décisif en demie de la FA Youth Cup contre Manchester City, le milieu de terrain était capitaine de l’équipe qui a battu Fulham en finale. Sans oublier ses 21 apparitions en Premier League U21, un championnat également remporté par Chelsea. Une superbe saison complétée par un parcours arrêté en quart de finale en UEFA Youth League, la C1 pour les jeunes.

Déjà le profil d’un futur crack

Sa fiche sur le site de Chelsea évoque un milieu « box-to-box », sorte de numéro 8 qui évolue de sa surface à celle des adversaires, à l’image d’un Steven Gerrard à Liverpool. Le blog britannique Plains of Almeria évoque un joueur « athlétique, puissant, technique, intelligent » et compare son style à celui de Michael Ballack, un ancien de la maison. Avant de lâcher une analyse qui en dit long : « Pourquoi investir plusieurs dizaines de millions sur Pogba quand on possède un jour qui pourrait peut-être devenir encore meilleur que lui ? (…) Ruben est l’incarnation du footballeur moderne. » Et The Guardian d’appuyer : « Il est calme balle au pied et possède une allonge de jambes télescopique. C’est un joueur naturel à un poste rare chez les joueurs anglais, un milieu capable de défendre, de couvrir sa zone et de faire du jeu. » Mesuré sous la toise aux alentours de 1,92 m, le jeune Anglais marie un physique de beau bébé à une technique de haut niveau. La conséquence d’une formation où les éducateurs des Blues ont surtout insisté sur le second point. Car à Chelsea, chez les jeunes, les milieux de terrain sont gérés selon un régime de rotation 6-8-10 : chacun va jouer des matches aux trois postes pour développer ses qualités sur tous les plans.

Déjà les louanges de Mourinho

Quelques minutes avec les pros en C1. Et déjà, Loftus-Creek a droit aux louanges de José Mourinho : « Il a montré ce qu’il montre à l’entraînement. Il est très confiant, il a une bonne personnalité, il n’a pas peur de prendre des responsabilités sur le terrain. Ce match de poule sans pression était un moment idéal pour le faire jouer. Mais ce n’était pas facile pour lui. Il y a un mois, il jouait contre le Sporting en Youth League devant 500 spectateurs. Et là, il est sur la grande scène. Il a encore beaucoup de progrès à faire mais son potentiel est énorme. Si les gens autour de lui ne rendent pas les choses difficiles pour moi, il peut devenir un très grand joueur. » De quoi aller dans le sens de la volonté du technicien portugais, qui a insisté ces dernières semaines sur l’importance de faire monter des jeunes formés au club chez les pros : « Si vous ne le faites pas, autant fermer le centre de formation et utiliser cet argent pour acheter des joueurs. Être là depuis ses 8 ans et avoir l’opportunité de jouer en équipe première, c’est le rêve de tout gosse. C’est un message clair envoyé à nos jeunes : travaillez, travaillez et quand le moment sera le bon, les talents émergent toujours. »

Déjà le chouchou de Stamford Bridge

Au club depuis ses 8 ans, fan de John Terry (dernier joueur formé au club à avoir un réel impact prolongé en équipe première) et de Didier Drogba, qui ne manquent pas de lui donner des conseils à l’entraînement, Loftus-Cheek a vite mis Stamford Bridge dans sa poche. Au moment de son entrée en jeu, mercredi, les tribunes lui ont réservé une longue et bruyante acclamation. Avant d’entamer un chant « Ruben ! Ruben! Ruben!” qui a dû faire frissonner l’intéressé. « Tout le monde dans le stade a bien senti que c’était un gamin avec beaucoup de talent », a résumé José Mourinho.

Déjà l’habitude du maillot aux Trois Lions

L’Angleterre fantasme sur son potentiel. Logique. Pour l’instant, le garçon reste pourtant encore loin de la sélection. Mais le maillot aux Trois Lions, il connaît ! International chez les U16, les U17 et les U19, RubenLoftus-Cheek a notamment eu l’honneur de mener les jeunes Anglais à la victoire dans le Victory Shield U16 (tournoi annuel de cette catégorie d’âge regroupant l’Angleterre, le pays de Galles, l’Ecosse et l’Irlande du Nord) en tant que capitaine. S’il parvenait à récidiver dans le futur mais avec les A, à l’occasion d’une Coupe du monde ou d’un Euro, nul doute que le garçon deviendrait une légende éternelle de l’autre côté de la Manche.

Ruben Loftus-Cheek
Ruben Loftus-Cheek © AFP
Alexandre Herbinet