RMC Sport

Mourinho : « L’équipe qui avait décidé de défendre a été punie »

-

- - -

Au micro de la chaîne britannique ITV, José Mourinho est revenu sur la performance de son équipe ce mardi soir face au PSG (2-0) et sur la façon dont ses Blues se sont qualifiés pour les demi-finales de la C1, malgré une défaite 3-1 au Parc à l’aller.

Tout en détachement, comme s’il venait de ne gagner rien de mieux qu’un banal match domestique contre une petite écurie de bas de tableau, José Mourinho, entraîneur de Chelsea, a analysé la façon dont son équipe a battu le PSG 2-0 ce mardi soir à Stamford Bridge. Si ses joueurs ont réussi l’exploit de retourner une situation compliquée après une défaite 3-1 à l’aller au Parc, c’est avant tout grâce à leur préparation, mais aussi le résultat de la tactique des Parisiens, qui ont, celui-lui, joué contre-nature. Florilège.

Sur sa course effrénée vers ses joueurs après le but de Demba Ba

« Non, non, je ne célébrais pas. Je disais à Fernando (Torres ndlr) et à Demba (Ba), quels changements nous devions mettre en place. Car il restait du temps et ce temps, alors que nous étions en train de jouer de cette façon, était un risque. Je voulais qu’ils jouent devant les défenseurs car je savais qu’Alex allait sortir sur les longs ballons et qu’il fallait que Fernando défende sur Maxwell qui est un latéral qui attaque. Je souhaitais donc utiliser mes deux joueurs frais d’une façon différente pour la dernière période de jeu. »

Sur le but de la qualification

« Je pense que nous en avions fait assez en début de seconde mi-temps pour marquer, mais nous n’y arrivions pas. Après cela, ils (le PSG) étaient un peu dans la contradiction de ce qu’ils sont et de ce qu’ils avaient dit qu’ils feraient. Ils ont joué en pure contre-attaque. C’était donc difficile pour nous de pénétrer durant cette seconde partie de la deuxième mi-temps. Donc j’ai fait jouer Demba et Fernando. Nous nous étions entraînés sur ce système hier (lundi). Nous nous sommes d’ailleurs entraînés sur les trois systèmes utilisés aujourd’hui. Celui avec lequel nous avons débuté, celui sans Lampard et celui de la fin avec Fernando et Demba. Les joueurs savaient quoi faire. Après, ce qui compte, c’est de marquer, ou de ne pas marquer, de voir le ballon taper le poteau ou le gardien faire un grand arrêt, mais Demba a marqué un but crucial pour nous et largement mérité. L’équipe qui avait décidé de défendre a été punie et celle qui a joué avec son cœur mérite d’aller en demi-finale. »

A lire aussi : >> Paris arrête de rêver >> Cavani, le maudit de Chelsea >> Chelsea-PSG : les notes

Raphaël Cosimano