RMC Sport

Pourquoi la France doit craindre le projet de refonte de la Ligue des champions

Ligue des champions

Ligue des champions - AFP

D’après L’Equipe, les clubs français, hormis le PSG, sont désavantagés par le schéma envisagé pour le projet de la future Ligue des champions à l'horizon 2024. Des discussions se poursuivent entre l’UEFA et les plus grands clubs européens.

La révolution est en marche pour la Ligue des champions. Initié par l’Association européenne des clubs (ECA) qui défend les intérêts des grandes formations européennes, le projet de refonte de la C1, s’il aboutit, ne sera pas une bonne nouvelle pour le foot français. Alors que les discussions se poursuivent avec l’UEFA en vue d’une concrétisation à l’horizon 2024, L’Equipe révèle ce jeudi des nouvelles informations sur la possible future formule de la Coupe aux grandes oreilles. Si on savait déjà que le nombre de rencontres pourrait fortement augmenter avec un schéma de quatre groupes de huit équipes, on ignorait encore le mode de fonctionnement de ces poules.

Aulas et Eyraud inquiets

D’après le quotidien sportif, les six premiers de chaque groupe seront automatiquement qualifiés pour l’édition suivante même s’ils ne parviennent pas à obtenir leur ticket via le championnat. Les deux derniers de chaque poule seraient remplacés par les demi-finalistes de la Ligue Europa et quatre champions des "petits pays" si ces derniers ne figurent pas déjà parmi les six premiers. Si ce projet de refonte de la C1 est plutôt approuvé par le PSG, la majorité des clubs français y est opposée. Et pour cause, avec un tel schéma, le 2eme de Ligue 1 ne serait pas automatiquement qualifié pour la phase de groupes. Ce serait le cas par exemple le cas pour Lille, si les Dogues terminaient à la 2eme place cette saison. Ces conditions d’accès inquiètent les dirigeants des clubs français, à commencer les présidents de l’OM et de l’OL, Jacques-Henri Eyraud et Jean-Michel Aulas, qui ont rappelé mercredi lors d’une réunion à la FFF avec Noël Le Graët, que la France n’a pas quatre clubs qualifiés d’office en C1.

AB