RMC Sport

Real: Mendy salue Genesio et soutient Zidane "à mort"

Ferland Mendy a défendu Zinedine Zidane dans un entretien à Marca, ce mardi à la veille du 8es de finale aller de Ligue des champions du Real Madrid face à l'Atalanta. Il a aussi salué Bruno Genesio, son ancien entraîneur à Lyon.

Pas touche à "Zizou". Voilà en substance le contenu des propos tenus par Ferland Mendy au sujet de son entraîneur au Real Madrid. Choisi par Zinedine Zidane pour renforcer le club madrilène pendant l'été 2019, le latéral gauche s'est depuis installé parmi les cadres de l'équipe merengue avec 27 apparitions cette saison. Avant de défier l'Atalanta Bergame ce mercredi en huitième de finale aller de Ligue des champions (dès 21h sur RMC Sport 1), le Français de 25 ans a tenu à saluer publiquement son coach.

>> Abonnez-vous à RMC Sport pour suivre l'intégralité de la Ligue des champions

"Pour être honnête, je ne lis pas beaucoup, a répondu le défenseur à une question de Marca sur les critiques à l'encontre de son technicien. Je serai jusqu'à la mort avec Zidane et nous sommes tous avec lui, en fait. Je le vois tranquille. Mais nous ne prêtons pas beaucoup d'attention aux commentaires."

"Genesio m'a donné confiance"

Visiblement marqué par son travail avec le champion du monde 1998, l'international tricolore aux sept sélections a également salué l'apport d'un autre entraîneur dans sa carrrière. Interrogé sur les entraîneurs qui ont compté pour lui, l'ancien Havrais a souligné l'importance de Bruno Genesio lors de son passage à l'OL entre 2017 et 2019 qui l'a révélé aux yeux du grand public.

"Je n'ai pas eu tant d'entraîneurs que cela, a rappelé Ferland Mendy. A Lyon, j'ai eu Bruno Genesio. C'est lui qui m'a découvert pour la Ligue 1. Il m'a donné confiance et j'ai fait mes premiers pas dans la compétition grâce à lui."

A l'inverse du défenseur, devenu indiscutable dans la capitale espagnole, l'ancien entraîneur du club rhodanien se retrouve actuellement sans emploi. Libre depuis son départ de l'équipe chinoise du Beijing Guoan à la fin du mois de décembre, Bruno Genesio ne semble pas vouloir précipiter son retour.

Mendy, lui, a l'équipe de France et l'Euro dans le viseur pour l'été prochain. Mais la lutte pour décrocher son billet promet d'être acharnée au poste d'arrière gauche fourni en sélection, même s'il peut dépanner à droite. Absent du dernier rassemblement en novembre, il veut s'installer avec les Bleus. "Oui, bien sûr, c'est mon prochain défi, bien travailler ici pour jouer pour la France, mais c'est l'entraîneur qui décide, explique-t-il. L'Euro? Honnêtement, c'est un rêve et j'espère y être."

JGL