RMC Sport

Super League: Perez n'enterre pas le projet

Dans un entretien à la Cadena Ser ce mercredi soir, Florentino Perez a défendu le projet d'une Super League européenne. Le président de cette nouvelle compétition estime que le projet "a été tué" mais continue de croire au nouveau format proposé. "En attente", la Super League n'est pas pour autant abandonnée.

Président de l'éphémère Super League, dont 9 clubs fondateurs sur 12 se sont retirés depuis le lancement dimanche, Florentino Perez croit toujours en son projet. Celui qui a été réélu ces derniers jours à la présidence du Real Madrid jusqu'en 2025 a assumé ses convictions, dans un entretien ce mercredi pour la Cadena SER, à la radio espagnole.

"J'ai la responsabilité que le Real Madrid soit un pionnier. S'il y a de l'argent, il y en a pour tout le monde. Le projet est en attente, a indiqué Florentino Perez. Nous sommes tous ensemble, réfléchissant à l'avenir. La Juventus n'est pas partie. La chose fondamentale est les matchs intéressent les jeunes."

Poussé par Florentino Perez et son homologue Andrea Agnelli, président de la Juventus, ce projet de Super League avait un accord avec la banque américaine JP Morgan pour garantir au total plus de 3 milliards participants aux 20 participants prévus. Pour mener la bataille, les deux principales têtes pensantes du projet avançaient l'idée que le football européen est en crise, n'intéressant plus les jeunes générations, et que les grands clubs risquent de lourdes pertes si n'est fait pour y remédier.

"Le format de la Ligue des champions est obsolète"

"Je suis triste. Nous travaillons depuis trois ans pour ça. LaLiga est intouchable, où il faut gagner de l'argent, c'est en semaine. Le format de la Ligue des champions est obsolète et n'intéresse les gens qu'à partir des quarts de finale, a poursuivi Perez. La saison dernière, 650 millions ont été perdus avec ce format. Ce n'est pas ce qui qui marche. Nous avons mis au point un format où les équipes les plus importantes d'Europe jouent dès le début de la saison. On peut gagner plus l'argent là où les grands ne perdent pas en étant solidaires aux autres."

Déçu par l'échec de son projet, Florentino Perez pointe aussi du doigt la responsabilité des instances. "Les 12 clubs ont signé un contrat contraignant. Nous pouvions accueillir d'autres équipes. Mais ils partent parce que l'UEFA fait un spectacle, a regretté Perez. Je veux un président éduqué (Aleksander Ceferin, NDLR), qui n'insulte pas. C'est aussi simple que cela. Il faudrait qu'il donne l'exemple."

Florentino Perez estime aussi que le projet "a été tué" avec une "agressivité terrible", répliquant que les clubs perdraient au total plus de deux milliards. Le président du Real Madrid regrette aussi cette décision pour les joueurs. "Les stars ont bien mérité sur le terrain. Ce sont eux qui ont le plus de fans sur les réseaux sociaux. Il y a des matchs que personne ne voit. J’ai parlé à Andrea Agnelli trois fois aujourd’hui (ce mercredi, NDLR). Je ne me sens pas seul, a balayé le président de la Super League. Nous cherchons comment nous pouvons générer cet argent avec l’accord de JP Morgan (la banque, NDLR). Ce serait un péché que ce format ne soit pas considéré."

GL