RMC Sport

Super League européenne: les menaces de l’UEFA, qui tape du poing sur la table

L'UEFA a opposé une réaction ferme aux menaces de mise en oeuvre du projet de Superligue européenne de la part de douze clubs. La confédération européenne en a profité pour remercier les clubs français, dont le PSG, de ne pas y participer.

Trop, c’est trop. Excédée par la menace de sécession d’une partie des cadors du football européen, à travers la création d’une Superleague européenne, l’UEFA a organisé la riposte politique et médiatique, soutenue selon elle par l’immense majorité des cinq grands championnats européens, et bien sûr la FIFA, qui a pris position en janvier contre ce projet.

"Si cela devait se produire, nous souhaitons réaffirmer que nous (l’UEFA et ses soutiens) resterons unis dans nos efforts pour stopper ce projet cynique, un projet fondé sur l'intérêt personnel de quelques clubs à un moment où la société a plus que jamais besoin de solidarité", assène l’UEFA dans un communiqué publié ce dimanche. La plus puissante des confédérations passe ensuite aux menaces.

L'UEFA brandit la menace de l'exclusion... et remercie le PSG

"Nous envisagerons toutes les mesures à notre disposition, à tous les niveaux, tant judiciaires que sportifs, afin d'empêcher que cela ne se produise, écrit-elle. Comme annoncé précédemment par la FIFA et les six fédérations, les clubs concernés seront interdits de participation à toute autre compétition au niveau national, européen ou mondial, et leurs joueurs pourraient se voir refuser la possibilité de représenter leur équipe nationale."

Pour rappel, le Paris Saint-Germain, en France, et le Bayern Munich, en Allemagne, ont pour l’instant refusé de prendre part à cette Superleague européenne avec les douze clubs impliqués. Et pour cela, ces deux clubs qui se sont affrontés en Ligue des champions ces deux dernières années ont gagné le respect et la reconnaissance de la FIFA dans ce qui s’apparente à une guerre ouverte entre l’UEFA et l’ECA.

"Nous remercions les clubs des autres pays, en particulier les clubs français et allemands, qui ont refusé de s'engager dans cette voie, déclare l’UEFA. Nous appelons tous les amoureux du football, supporters et politiques, à se joindre à nous pour lutter contre un tel projet s'il venait à être annoncé. Cet intérêt personnel persistant de quelques-uns dure depuis trop longtemps."

dossier :

La Super League

QM