RMC Sport

"Macron ne nous a pas criés dessus", sourit Larqué après le match du Variétés Club de France

Jean-Michel Larqué, consultant pour RMC, était le coéquipier d’un jour d’Emmanuel Macron, président de la République, jeudi lors du match du Variétés Club de France. Il raconte cette cohabitation sur RMC.

Jean-Michel Larqué, ancien joueur de Saint-Etienne et de l’équipe de France, a rechaussé les crampons jeudi aux côtés d’un coéquipier un peu particulier. Le consultant pour RMC Sport était aligné dans la même équipe que le président de la République, Emmanuel Macron lors du match caritatif entre le Variétés Club de France et les soignants du CHU de Poissy, jeudi. Il a confié quelques détails de la vie du vestiaire, ce vendredi dans Appoline Matin sur RMC.

"Je ne l’ai pas engueulé quand il m’a donné un mauvais ballon!"

"Au risque de vous surprendre, c’est un coéquipier comme un autre, sourit le septuple champion de France avec les Verts. Il a mis sa tenue dans les vestiaires, il a eu les mêmes patères pour accrocher son costume. Il s’est échauffé un tout petit peu comme nous. Et il a été considéré comme un coéquipier comme tous les autres. Il ne nous a pas criés dessus quand on lui faisait de mauvaises passes. Je ne l’ai pas engueulé quand il m’a donné un mauvais ballon!"

Invité à faire une comparaison entre le style de jeu du chef d’Etat et sa politique, l’ancien milieu de terrain a préféré botter en touche. "Vous l’avez présenté comme récupérateur mais c’était un récupérateur très offensif, sourit-il. Il jouait plutôt haut. Mais comment faire un parallèle entre la politique et le football? Le président a joué grâce à Jacques Vendroux et au maire de Poissy, Karl Olive. Le plus important, c’est qu’à la fin, on ait remis un chèque de 50.000 euros pour l’hôpital mères et enfants de Kaboul."

"Il n’y avait rien de factice"

La journée fut aussi particulière pour Larqué qui fêtait son dernier match avec le Variétés Club de France. Et qui a reçu une petite attention de Macron. "Le Président a eu un petit mot le soir au moment du repas, confie Larqué. C’était une belle journée. Je vous assure, il n’y avait rien de factice, tous les internationaux, les champions du monde étaient là pour la bonne cause. On ne peut pas ne pas rapprocher ce match avec ce qui se passe actuellement. Je crois que nous sommes en période d’élections 2022, on ne peut pas empêcher les gens de parler."

NC