RMC Sport

Mort de Maradona: joueur génial mais entraîneur décevant

Joueur de génie, adulé par le peuple argentin et le monde entier, Diego Maradona n’a pas connu le même succès une fois installé sur un banc. De ses premières expériences très courtes dans les années 1990 à son dernier club, le Gimnasia La Plata, retour sur la carrière d’entraîneur de Maradona.

Lors de la Coupe du monde 1994, le contrôle positif de Diego Maradona à l’éphédrine va précipiter le début de sa carrière d’entraîneur. A presque 34 ans, le numéro 10 argentin écope d’une suspension de 15 mois qui l’empêche de jouer, mais pas d’entraîner. Au mois d’octobre 1994, il signe alors avec le Deportivo Mandiyú, à l'époque en première division argentine, pour ce qui est son premier poste d’entraîneur. Inexpérimenté, il est accompagné de Carlos Fren, l’un de ses anciens coéquipiers avec Argentinos Juniors, devenu entraîneur quelques saisons plus tôt.

Des débuts catastrophiques

Mais l’expérience tourne court. Deux mois et douze matchs après sa prise de fonction, Maradona, au coeur de tensions avec la présidence du club, quitte le Deportivo Mandiyú avec une seule victoire accrochée. Pas de quoi l’arrêter. Quelques semaines plus tard, toujours avec Carlos Fren, il devient entraîneur du Racing, un club qui attend alors un titre depuis bientôt 30 ans. Son passage est un tout petit peu plus long, quatre mois cette fois. De quoi ramener une victoire de La Bombonera, face à Boca Juniors, mais pas grand-chose de plus. En onze rencontres, le Racing de Maradona ne gagne que deux petits matchs.

De retour à la compétition en 1995, sous le maillot de Boca Juniors, Diego Maradona termine sa carrière de joueur en ayant usé une partie de son crédit comme potentiel entraîneur. Une fois les crampons raccrochés, il débute une traversée du désert de plus de dix ans durant lesquels ses problèmes de santé prennent largement le pas sur son investissement dans le football.

L'échec comme sélectionneur

C’est alors en 2008 qu’il fait son retour par la grande porte: Diego Maradona devient sélectionneur de l’Argentine. Très rapidement, l’Albiceleste affiche ses difficultés dans le jeu et l’idole Maradona ne fait pas l’unanimité comme entraîneur. La qualification pour la Coupe du monde 2010 est arrachée lors d’une victoire 1-0 face à l’Uruguay. Après avoir boudé la presse avant ce match capital, Maradona se lâche et dérape. "Peu nous importe ce que disent ces pédés de journalistes!", dit-il alors. Et d’ajouter, au milieu d’autres missiles lancés à la presse: "A tous ceux qui n’ont pas cru en nous, et pardon pour les dames qui écoutent, eh bien qu’ils me sucent."

Le tournoi sud-africain ne sera pas une franche réussite pour les Argentins, giflés 4-0 par l’Allemagne en quart de finale. Une déroute qui signe la fin du passage de Maradona à la tête de la sélection et le début d’un exil vers des clubs exotiques. Aux Emirats arabes unis, Al Wasl en 2011 et Al-Fujarah SC en 2017 se payent les services de la star, sans grand succès.

Des ultimes expériences plus heureuses

Maradona réussit malgré tout à revenir entraîner en Amérique latine. En 2018, il prend les rênes des Dorados de Sinaloa, en deuxième division mexicaine. L’aventure est suivie par Netflix et permet d’entrevoir la personnalité de l’entraîneur Maradona, en plus de ses talents de danseur dans les vestiaires. A cause de problèmes de santé, l’Argentin ne passe qu’une saison au Mexique, mais les résultats sont là, avec deux finales de championnat de deuxième division. "Au Mexique, Maradona a fait fermer leur bouche a beaucoup de monde", affirme Jorge Córdoba, attaquant des Dorados.

Sa dernière expérience restera donc celle de son retour au pays, en Argentine, près de dix ans après avoir quitté la sélection. En septembre 2019, il prend la tête du club de Gimnasia La Plata, modeste pensionnaire de la première division argentine. Dans la lutte pour le maintien, Maradona parvient à galvaniser ses joueurs. Il vit aussi de forts moments d’émotion, comme lors de son retour à Boca Juniors en mars dernier, ou lorsqu’il assiste à la victoire du Gimnasia La Plata il y a un mois, pour ses 60 ans. Il n’était alors pas question d’évoquer les limites tactiques de Maradona comme entraîneur. Seulement de lui rendre hommage. Cela devrait durer dans les prochaines semaines.

RW