RMC Sport

Mort de Maradona: quand l'Argentin a failli entraîner Montpellier

Diego Maradona

Diego Maradona - AFP

Au cœur d’une carrière d’entraîneur décevante dans l’ensemble, Diego Maradona aurait pu s’asseoir sur le banc de Montpellier il y a quelques années. C’était en tout cas l’ambition du président Louis Nicollin à l’époque.

Dans le musée personnel de Louis Nicollin, ancien président du MHSC décédé en 2017, trônaient plusieurs tuniques portées par Diego Maradona avec l’Argentine, Boca Juniors, Barcelone ou Newell’s. "Loulou" était un admirateur de Diego. Puis un jour de 2013, il a tenté de s’offrir son rêve en faisant de Maradona l’entraîneur de Montpellier. "Pour emmerder le PSG", avait alors glissé Nicollin. A l’époque, le MHSC est le tenant du titre du championnat de France et son entraîneur, René Girard, est sur le point de s’en aller à la fin de la saison.

Une prise de contact positive

L’Argentin, lui, est sans poste depuis qu’il a quitté la sélection après la Coupe du monde 2010. Le retour du clan Maradona est alors plutôt positif. L’agence SGM, qui gère les intérêts de la star en France, fait savoir à Montpellier que des négociations sont possibles. "Je n’ai pas dit ça par hasard, dit Nicollin. Je sais depuis des semaines, le début de l’année en fait, que Maradona pense à entraîner en Europe et peut-être chez nous. Ça en fait sourire certains, mais je n’étais pas obligé de le dire à tout le monde."

Une rencontre est même prévue entre Louis Nicollin et les représentants de Maradona, mais le président du MHSC finit par calmer le jeu. "S’il veut 100.000 € par mois, on s’arrêtera-là, je ne suis pas complètement fada quand même", assure-t-il. Le président sait, en vérité, que l’affaire est quasiment impossible à boucler compte tenu de son budget. Si Montpellier a remporté le titre l’été précédent, le club n’a pas le budget des cadors de Ligue 1.

"Vous voulez que je vous dise? J’en ai plein le cul"

Après une semaine de rumeurs, Louis Nicollin met fin à la folie: "Maradona ne viendra pas, tranche le président. Vous voulez que je vous dise? J’en ai plein le cul. C’est impossible de discuter avec un manager. Il en a sept, et maintenant un huitième, depuis hier matin. C’est invivable! (...) Cette histoire m’a fait mal à la tête. Si j’avais su, je ne me serais pas lancé là-dedans." Le coup de projecteur sur Montpellier est une aubaine. Mais le successeur de René Girard ne sera pas Diego Maradona. A l’été, c’est Jean Fernandez qui prend la tête de l’équipe.

RW