RMC Sport

Nasri propose des "mythopranes" à Gallas et veut se battre avec Petit

Samir Nasri

Samir Nasri - AFP

Dans un long entretien accordé à Onze Mondial, Samir Nasri est revenu sur les propos de William Gallas, qui avait déclaré dans « Le Vestiaire », sur SFR Sport 1, que des proches du milieu de terrain avaient voulu l’agresser. Très remonté, le joueur du FC Séville en veut aussi à Emmanuel Petit.

Samir Nasri contre William Gallas, nouvel épisode. Le 15 novembre dernier, l’ancien défenseur des Bleus avait raconté dans « Le Vestiaire », sur SFR Sport 1, que lors d’une soirée au printemps 2009, Nasri et ses proches avaient voulu « le taser » à la sortie d’un hôtel parisien. Une version des faits contestée par le joueur du FC Séville, dans une longue interview accordée à Onze Mondial. « Il devrait prendre des "mythopranes", c’est des dolipranes en suppositoire, pour les mythos, lâche le meneur de jeu. Pour commencer, il devrait en prendre. »

A lire aussi >> VIDEO - Le Vestiaire: Quand Gallas raconte que Nasri voulait le taser

« Deuxièmement, le gars dit que son cousin est un policier. Donc son cousin est un policier, il y a des tasers, et il n’intervient pas le policier ? Il laisse des gens te menacer avec des tasers ? Il est 23 heures, tu sors du Costes, il fait nuit, tu arrives à voir dans un sac, d’ailleurs, il n’y a pas eu de sac, un mec accroupi avec des tasers dans un sac, il n’y a pas eu de taser non plus… Arrête de nous prendre pour des cons s’il te plaît. Si tu veux dire les choses, d’accord, mais dis les choses comme elles se sont passées s’il te plaît. Il a dit que j’ai voulu en parler, non, non. Il en parlé à beIN Sports, à L’Équipe du Soir… j’ai un droit de réponse sur ce qu’il a dit. S’il n’en avait pas parlé, jamais je n’en aurais parlé. »

« Tu n’es pas Rambo, tu n’es pas Hulk, tu n’es pas Tyson »

« Pour le reste, qu’est-ce que tu inventes comme histoire, poursuit Nasri. Tu es venu me voir avant le repas, tu es venu dans ma chambre, tu m’as dit : "Je m’excuse, je ne te manquerai plus de respect, on fait quoi à partir de maintenant ?". C’est moi, je lui ai dit : "Je ne veux plus te dire bonjour, ne me dis plus bonjour, on ne s’aime pas". Tu ne m’as jamais dit : "Viens, on va s’expliquer dehors". Parce qu’on se serait expliqué dehors, tu n’es pas Rambo, tu n’es pas Hulk, tu n’es pas Tyson, il n’y a aucun problème. »

A lire aussi >> Secte, hypocrisie, équipe de France: Samir Nasri se confie

« Si tu veux, on va se battre toi et moi avec ta queue de cheval »

Après s’être attaqué au cas Gallas, Nasri a enchaîné avec Emmanuel Petit, présent aux côtés de Gallas dans l'émission « Le Vestiaire » : « Et l’autre détective privé, l’Inspecteur Derrick d’Emmanuel Petit, il vient et il dit (il prend un air débile) : "Mais il y avait quoi dans le sac ?", l’autre, il continue son histoire mais lui, non, il veut revenir sur le truc. Ils font une émission où lui, il est consultant, il est invité juste pour dire des conneries. Et ils se mouillent entre eux, en train de faire leur salade, leur mayonnaise. Qu’ils arrêtent ceux-là ! Emmanuel Petit, il dit : "A mon époque, on se serait battus". Mais viens mon ami. Si tu veux, on va se battre toi et moi avec ta queue de cheval… »

A lire aussi >> Nasri raconte comment Deschamps l'aurait évité en vacances 

Alexandre Alain Rédacteur