RMC Sport

Platini : que va-t-il faire maintenant ?

-

- - AFP

Michel Platini a  reçu mardi les motivations du TAS qui ne l’épargne pas, et qui avait décidé le 9 mai dernier de confirmer la suspension de l’ancien capitaine de l’équipe de France de toutes activités liées au football (en l’abaissant à 4 ans). Des motivations qui ont donc mis 4 mois à arriver sur le bureau des avocats de Platini, qui ne décolèrent pas.

Comme il l’avait indiqué lors de son discours d’Athènes la semaine dernière, Michel Platini compte bien poursuivre son combat devant la justice civile, après avoir épuisé tous les recours sportifs. La prochaine étape sera le tribunal fédéral suisse qui devrait être saisi dans les prochains jours. L’équipe de défense de MP dispose d’un mois pour le saisir. Le passage devant cette juridiction s’annonce périlleux puisque le tribunal ne sera pas en mesure de rejuger le fond de l’affaire, aucune chance donc que le fameux « contrat oral » évoqué par Platini et ses défenseurs devienne valable. C’est le droit de la FIFA qui continue de s’appliquer et non le droit suisse puisque le tribunal fédéral ne pourra que juger la validité de la procédure.

>> A lire : Présidence de l’UEFA : Van Praag déclare la guerre à son rival Ceferin 

Le justice suisse avant la cour européenne des droits de l’homme

Le passage devant cette juridiction est en fait une étape obligatoire avant d’aller devant la cour européenne des droits de l’homme. « On empêche Michel Platini de travailler. C’est une atteinte forte à la liberté de travail. On ne peut pas dire qu’un homme de 61 ans qui évolue dans le monde du foot depuis ses 4 ans peut faire autre chose aujourd’hui » explique-t-on dans l’entourage de l’ancien président de l’UEFA. Mais là encore la Cour ne jugera pas le fond de l’affaire mais la décision des tribunaux suisses.

Si Michel Platini est bien décidé à ne pas abdiquer, son combat est donc encore très long. Il pourrait durer de long mois, voire plusieurs années.